email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ROME 2012 CinemaXXI

Photo : une immersion dans le passé du Portugal depuis la France

par 

- Le portugais Carlos Saboga fait ses premiers pas dans le long métrage épaulé par le producteur Paulo Branco avec Photo, en compétition à Rome dans la section CinemaXXI

Photo : une immersion dans le passé du Portugal depuis la France

La chance de pouvoir réaliser son premier long métrage a été offerte au Portugais Carlos Saboga par le producteur Paulo Branco alors qu'il avait déjà les cheveux blancs. Il n'est toutefois par un nouveau venu dans le monde du cinéma : il a assisté de nombreux autres réalisateurs et composé des scénarios, notamment celui des Mystères de Lisbonne [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Raúl Ruiz, pour n'en citer qu'un. Son premier film, intitulé Photo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, vient d'être présenté dans le cadre de la compétition CinemaXXI de la septième édition du Festival de Rome.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Photo, un film fait par des Portugais (Saboga, Branco, le directeur de la photographie Mário Barroso, le monteur Paulo Mil Homens) en France et tourné principalement dans l'Hexagone, représente un retour au passé qui part du présent pour revenir aux turbulentes années 1970 à travers le parcours d'Elisa (interprété par la Française Anna Mouglalis) sur les pas de sa mère, récemment décédée. Quand, en regardant des photos et en revivant les souvenirs de sa mère, elle se met à suspecter que son père n'est pas celui qu'elle pense, à savoir Tom (le Belge Johan Leysen), Elisa prend en effet la route de Lisbonne pour rencontrer le groupe de révolutionnaires que sa mère fréquentait au moment de sa conception, des rêveurs brutaux désireux de changer le monde qui sont à présent vieux, fous ou morts.

La ressemblance frappante entre Elisa et sa mère va produire sur ce groupe de "camarades" un effet étrange composé en égale quantité d'attraction et de rejet. Aidée par David (le Portugais Simao Cayatte), avec lequel elle a une aventure brève et sans complications, elle rencontre un par un les anciens membres de ce groupe révolutionnaire qui s'opposait à Salazar. L'un d'eux, Uriel (incarné par le Français Didier Sandrev), s'est recyclé pour devenir un respectable professeur d'université ; Martim (le Portugais José Neto) est à l'asile ; Sergio, qui est devenu ministre dans un gouvernement de droite, cherche à tout prix à éviter Elisa. Tous, cependant, veulent échapper à un passé entâché de sang qui a vu leur idéalisme engendrer des monstres.

La quête d'Elisa est vouée à l'échec. La mémoire collective d'un passé politique complexe et violente se mêle aux souvenirs intimes et personnels qu'Elisa garde de sa mère, et la jeune femme est ébranlée par la découverte de cet épisode de la vie de cette dernière dont elle n'avait pas idée. Tout cela à partir d'une photo.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.