email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Grèce

Les Gamins font leur avant-première à Athènes

par 

- À mi-chemin entre film de potes et comédie romantique qui cherche à plaire, cette sorte de Mon beau-père et moi à la française a fait l’ouverture du Festival du Film Francophone de Grèce à Athènes

Les Gamins font leur avant-première à Athènes

Démarrant sur le grand classique de la rencontre entre un homme et une femme, le film d’Anthony Marciano, Les Gamins [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, survole rapidement les différentes étapes de la vie de couple, du premier baiser à l’échange des alliances, pour passer directement au plat de résistance.

Le film met principalement l’emphase sur les rapports entre le futur beau-père et son gendre, s’inspirant de l’engouement actuel d’Hollywood pour les "bromances" ou films sur la camaraderie masculine. L’air innocent du futur marié (incarné par Max Boublil), prêt à sacrifier ses rêves pour la femme qu’il aime, contraste avec l'infortuné Alain Chabat, enfermé dans un mariage qui s’étiole, qui n’en peut plus de passer son temps avachi sur son canapé devant la télévision pendant que sa femme invente de nouvelles manières de dépenser ses économies dans des prétendues œuvres de bienfaisance.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Une soirée entre hommes suffit à cet homme marié pour retrouver le goût de la liberté, rapprochant dangereusement le personnage d’Alain Chabat de la crise de la quarantaine, qui, sentant qu’une seconde chance lui est accordée, et disposant d’un bon paquet de fric à dépenser, va tenter de revivre ses jeunes années tout en essayant de dissuader son nouveau meilleur ami de commettre la plus grosse erreur de sa vie en épousant sa fille.

Le personnage interprété par Max Boublil comprend bientôt que la vie à deux n’en vaut peut-être pas la peine si elle laisse cet arrière-goût amer de compromis, et il se laisse contaminer par l’état d’excitation de son mentor qui se lance dans de nouvelles expériences comme un chien enragé après une voiture. Comme l’on peut s’y attendre avec un film qui place la relation romantique comme principal motif dramatique de l’essor puis de la chute avant le retour au bercail, les choses vont de plus en plus mal, mais juste assez pour que les personnages principaux se rendent compte qu’il est temps de réparer les dégâts qu’ils ont causés avant qu’il ne soit trop tard au cours d’un troisième acte léger qui règle les derniers détails avant le générique de fin, rappelant gentiment que les hommes peuvent se comporter comme des hommes du moment qu’ils laissent les femmes se comporter comme leur mère.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.