email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Grèce

Jules Verne inspire le premier long métrage d'animation grec

par 

- Dans From the Earth to the Moon, Angelos Spartalis utilise des collages et des théâtres d'ombres

Jules Verne inspire le premier long métrage d'animation grec

“Nous nous sommes battus avec le projet pendant cinq ans et nous avons pris des coups avant de gagner, mais le voilà qui est terminé", a déclaré l'écrivain, peintre, ingénieur et réalisateur crétois Angelos Spartalis lundi lors de la présentation de son film au Festival international d'Athènes.

Spartalis, dont ce n'est pas la première incursion dans l'animation, a beaucoup parcouru les festivals du pays ces dernières années, avec des films mélangeant les images filmées et le collage animé. Pour ce septième titre, il est passé entièrement dans le camp de l'animation : From the Earth to the Moon, inspiré du roman d'anticipation De la Terre à la Lune de Jules Verne, est non seulement son premier long métrage entièrement animé, c'est le premier qui ait jamais été réalisé en Grèce.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Il faut certes s'habituer un peu au dessin, comme c'est toujours le cas avec Spartalis, mais cela permet à l'action de prendre le devant tandis que les yeux se font petit à petit à la crudité de l'image.

“L'histoire requérait qu'on utilise des collages, explique Spartalis. Les courageux soldats de Verne se sont montrés très fiers de ne pas être faits d'une pièce mais d'avoir des membres de remplacement, des bras finissant par des crochets, des mâchoires d'argent et des nez en gomme".

Le film lui-même est un collage d'éléments culturels truffés d'anachronismes pop : l'équipe de Barbicane s'exprime en grec ancien, Michel Ardan porte un costume à la Sergeant Pepper, Van Gogh fait irruption pour peindre un drapeau sur la navette spatiale et des dialectes de toutes sortes sont utilisés au fil du film pour pimenter les dialogues.

“C'est une idée à la Monty Python, comme le Sacré Graal, que cette comédie en costumes où arrivent des voitures de police et des camions de pompiers modernes, dit le réalisateur. Des scénaristes plus sages que moi ont évité d'adapter ce livre de Jules Verne parce qu'aussi excellent qu'il soit, tout le monde n'y fait que de parler et rien ne se passe vraiment. Alors il fallait trouver une solution, trouver des astuces pour conserver l'intérêt du public. J'espère que nous y sommes bien arrivés". 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy