email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BOX OFFICE Italie

Étude ANICA Univideo : ce sont toujours les mêmes spectateurs qui vont au cinéma

par 

- Sur les 27 millions d'entrées vendues par les films italiens ces trois dernières années, près de la moitié ont été achetées par à peine 3 millions d'individus

Étude ANICA Univideo : ce sont toujours les mêmes spectateurs qui vont au cinéma

Ce sont toujours les mêmes qui vont au cinéma ! En Italie, 19% des spectateurs achètent près de 70% des entrées. Le public italien a aussi tendance à préférer les films étrangers (qu'il apprécie à 7,64 sur 10) aux titres locaux (indice 6,47), et il a une prédilection pour les comédies.

Voilà quelques uns des constats qui ressortent de l'étude "Salle et salon 2013", présentée hier à Florence dans le cadre d'un congrès où sont intervenus Cristina Scaletti, la responsable du département Culture de la Région Toscane, des représentants de l'ANICA (Riccardo Tozzi, Angelo Barbagallo et Michele Napoli), Giuseppe Corrado (The Space Cinema), Domenico Di Noia de l'ANEC, Mario Lorini de la FICE, Roberta Delli Carpini pour RAI, Margherita Amedei (Sky Cinema), Roberto Guerrazzi (Univideo), Giovanni Modina (Mediaset), Stefano Parisi (Chili TV), Piero De Chiara (Cubovision).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Cette étude, commissionnée par l'ANICA et Univideo en collaboration avec l'AGIS et l'ANEC et réalisée par ERGO Research, analyse en particulier le comportement des spectateurs italiens vis-à-vis des productions nationales.

Les spectateurs transalpins vont certes voir des films locaux : sur les 31 millions de spectateurs qui sont allés au cinéma au moins une fois ces trois dernières années, 27 millions ont vu au moins un film italien.

Ce bassin de consommateurs peut sembler élevé, mais l'étude révèle des éléments critiques qui nuancent ce constat. D'abord, la demande est très concentrée : si les films italiens ont bien vendu 27 millions d'entrées ces trois dernières années, il faut signaler que près de la moitié des billets achetés (42%) l'ont été par à peine 3 millions d'individus. Ce phénomène de concentration du public s'applique à l'ensemble du marché, pas seulement au cinéma italien. L'étude précise d'ailleurs que 19% des consommateurs de cinéma en salle achètent 70% des entrées.

L'étude montre aussi que le public italien préfère les films étrangers (entendre par là "américains") et qu'il va avant tout au cinéma pour s'amuser et s'évader. Il n'en va pas de même pour la frange des spectateurs les plus assidus, qui tendent à favoriser les films qui savent raconter des histoires et émouvoir.

La comédie est le genre préféré du public (48%), suivie par le thriller et le film de science-fiction (31%), puis par le cinéma d'action (30%), mais le rapport montre aussi que les grands consommateurs de cinéma ont pour leur part une prédilection pour les adaptations littéraires et voient d'un mauvais oeil les films à suites, de même que ceux qui emploient des acteurs qui se sont faits connaître à la télévision.

Tous les participants au congrès se sont accordés sur la nécessité et l'urgence de changer le marché en profondeur et de l'ouvrir le plus possible. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy