email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Belgique

Kadir Balci marie les communautés turques et flamandes dans Trouw met mij

par 

- Le réalisateur d’origine turque Kadir Balci tourne son deuxième long métrage, Trouw met mij, une comédie de mariage entre un jeune flamand et une jeune turque

Kadir Balci marie les communautés turques et flamandes dans Trouw met mij

Le 13 janvier dernier a démarré le tournage du nouveau long métrage de Kadir Balci, Trouw met mij (Marry Me). Jurgen Vindevogel et Sibel Koç sont fous amoureux, et projettent de se marier. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes si leurs familles n’avaient leur mot à dire sur l’affaire. Trouw met mij se présente comme « une comédie sur les frites et le baklava, sur l’échange de vœux et les échanges tout court, sur la retenue flamande et l’explosivité orientale ». Le film est produit par Dries Phlypo et Jean-Claude Van Rijckeghem (A Private View), et coproduit par Marion Hänsel (Man’s Films). Le tournage a lieu entièrement dans les environs de Gand jusqu’au 14 février.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Il s’agit du deuxième film de Kadir Balci après Turquaze (2010), qui suivait le retour en Belgique de trois frères d’origine turque venant d’enterrer leur père à Istanbul. Une histoire de deuil, d’exil, de mémoire, mais aussi d’intégration, et de mélanges communautaires. Au cœur du film là aussi, une histoire d’amour, entre le héros, l’un des trois frères, et une jeune flamande. On retrouve donc certains motifs dans Trouw met mij, notamment le frère du réalisateur, Burak Balci, héros de Turquaze, et qui joue ici un rôle secondaire. Dans les rôles principaux, deux presque nouveaux venus, Dries De Sutter et Sirin Zahed.

C’est Jean-Claude Van Rijckeghem (auteur et producteur de Brasserie Romantiek [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) qui a approché Kadir Balci avec l’idée de mettre en scène un mariage entre une jeune femme d’origine turque et un jeune Gantois. Le réalisateur est entouré du directeur de la photographie Ruben Impens, déjà présent sur Turquaze et du monteur Alain Dessauvage (Rundskop [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Bart Van Langendonck
interview : Michaël R. Roskam
fiche film
]
). Le film bénéficie du soutien du VAF, de la VRT, de la Ville de Gand, de MEDIA, du CCA et du Tax Shelter.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.