email print share on facebook share on twitter share on google+

PRIX Belgique

Ernest et Célestine grand vainqueur des Magritte du cinéma belge

par 

- Après les César, et qui sait, avant les Oscar, Ernest & Célestine domine les Magritte, en décrochant les prix du meilleur film et de meilleur réalisateur

Ernest et Célestine grand vainqueur des Magritte du cinéma belge

La compétition se promettait d’être serrée pour cette quatrième édition des Magritte, et rares doivent être ceux à avoir parfaitement anticipé les résultats. Au sommet du palmarès trônent Ernest et Célestine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Benjamin Renner, Vincent P…
fiche film
]
, le gros ours et la petite souris créés par l’illustratrice belge Gabrielle Vincent, et portés à l’écran grâce aux talents réunis de Daniel Pennac au scénario, et à la réalisation, le français Benjamin Renner, et ses deux coréalisateurs, Vincent Patar et Stéphane Aubier, lauréats samedi soir du Magritte du meilleur réalisateur. Le film a fait un carton plein en transformant ses trois nominations, puisqu’il a également raflé le prix du meilleur son, dont les réalisateurs se sont déclarés particulièrement fiers, tant leur travail sur l’illustration sonore leur tient à cœur.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Les prix d’interprétation sont venus couronner deux valeurs sûre du cinéma belge à l’export, la jeune mais déjà reconnue Pauline Etienne (La Religieuse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Guillaume Nicloux
fiche film
]
), et l’incontournable Benoît Poelvoorde, qui gagné là son premier prix d’interprétation, pour Une place sur la terre [+lire aussi :
bande-annonce
festival scope
fiche film
]
Pauline Burlet, déjà nommée l’année dernière pour Dead Man Talking [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 a décroché le prix du meilleur espoir féminin pour Le Passé [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, et Achille Ridolfi s’est distingué pour Au nom du fils, dont c’est d’ailleurs le seul prix, malgré ses sept nominations.

Tango Libre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Frédéric Fonteyne
fiche film
]
, le film qui menait la course aux nominations avec dix citations, s’est finalement vu attribuer le Prix du meilleur scénario (pour Philippe Blasband, également nommé pour le scénario de Vijay And I [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Sam Garbarski
fiche film
]
 de Sam Gabarski), et Anne Paulicevich, qui était également nommée pour le prix de la meilleure actrice), ainsi que le Prix des meilleurs décors remis à Véronique Sacrez (déjà « magrittée » l’année dernière pour son travail sur Quartier Lointain [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sam Garbarski
fiche film
]
 de Sam Gabarski). Le reste du palmarès est des plus éclectiques, on retiendra notamment le prix de la meilleure coproduction flamand remis au bouleversant troisième film de Fien TrochKid [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, et le prix du meilleur premier film, élu par le public, à Une chanson pour ma mère [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Joël Franka.

Meilleur Film
Ernest et Célestine de Stéphane Aubier, Vincent Patar et Benjamin Renner (produit par Vincent Tavier et Philippe Kauffmann – La Parti Production)

Meilleur réalisateur
Stéphane Aubier et Vincent Patar pour Ernest et Célestine

Meilleur film flamand en coproduction
Kid de Fien Troch (coproduit par Versus Production)

Meilleur film étranger en coproduction
La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (coproduit par Geneviève Lemal – Scope Pictures)

Meilleur scénario original ou adaptation
Philippe Blasband et Anne Paulicevich pour Tango Libre

Meilleure actrice
Pauline Etienne dans La Religieuse

Meilleur acteur
Benoit Poelvoorde pour Une place sur la terre

Meilleure actrice dans un second rôle
Catherine Salée dans La Vie d’Adèle

Meilleur acteur dans un second rôle
Laurent Capelluto dans Le Temps de l’Aventure

Meilleur espoir féminin
Pauline Burlet dans Le Passé

Meilleur espoir masculin
Achille Ridolfi dans Au nom du fils

Meilleure image
Hichame Alaouie pour Les Chevaux de Dieu [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Nabil Ayouch
fiche film
]

Meilleur son
Emmanuel de Boissieu, Frédéric Demolder, Franco Piscopo et Luc Thomas pour Ernest et Célestine

Meilleurs décors
Véronique Sacrez pour Tango Libre

Meilleurs costumes
Catherine Marchand pour Vijay and I

Meilleure musique originale
Ozark Henry pour Le Monde nous appartient

Meilleur montage
Marie-Hélène Dozo pour Kinshasa Kids

Meilleur court métrage
Welkom de Pablo Munoz Gomez (produit par Mediadiffusion)

Meilleur long métrage documentaire
La Nuit qu’on suppose de Benjamin d’Aoust (produit par Hélicotronc)

Meilleur premier film
Magritte soumis au vote en ligne du public
Une chanson pour ma mère de Joël Franka

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.