email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ANIMA 2014

The Art of Happiness : la pluie de l’existence

par 

- À travers l’animation mixte, le réalisateur italien Alessandro Rak explore ce qu’il y a au-delà de l’existence

The Art of Happiness : la pluie de l’existence

Après avoir été présenté à la Semaine internationale de la critique de la dernière Mostra de Venise, The Art of Happiness [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Alessandro Rak
fiche film
]
, premier long métrage du réalisateur napolitain Alessandro Rak, poursuit sa route à travers tous les festivals européens. Il s’arrête cependant pour quelques jours au 33e Festival Anima, le festival du film d’animation de Bruxelles.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

The Art of Happiness est continuellement en mouvement. Pas seulement parce que l’histoire est centrée sur Sergio, un musicien napolitain devenu chauffeur de taxi qui se perd dans les rues de la ville sous une pluie incessante, évitant au passage des montagnes de déchets, mais aussi parce que le film en lui-même ne cesse de bouger. On y rencontre les différentes personnes que Sergio conduit dans son véhicule et on découvre la relation intense qu’il entretient encore avec son frère, bien que ce dernier se soit retiré dans un monastère bouddhiste au Népal. Dans son rétroviseur, Sergio revoit le passé, réfléchit sur le présent et imagine de quoi demain sera fait.

Avec ce film, Alessandro Rak ne se limite pas à aborder de manière superficielle une vie brisée, celle d’un talent musical reclus derrière le volant d’un taxi, dans une ville pas particulièrement agréable, et dont la relation avec son frère se limite à un échange épistolaire. Le réalisateur veut explorer ce qu’il y a au-delà des mots, des relations, des villes, des talents et enfin, des vies.

Pas étonnant que ce film soit le résultat du souhait de son producteur, Luciano Stella (qui a produit le film pour Big Sur, avec l’aide de Mad Entertainment, Rai Cinema et Cineccità Luce), de représenter le concept qui a donné naissance au festival du même nom, un événement qui réunit à Naples les réflexions les plus pertinentes sur la culture et la philosophie depuis déjà neuf ans. The Art of Happiness est un exercice d’animation mixte (utilisant plusieurs techniques différentes pour un résultat semblable à Waking Life, deRichard Linklater) ambitieux, évocateur et sincère, mais aussi bigarré, chaotique et imprécis. À travers le symbolisme, le surréalisme (les passagers du taxi sont-ils des âmes errantes qui parlent à Sergio de sa propre vie ?) mais aussi la mélancolie, Rak tente d’apporter une réflexion sur ce qu’il y a au-delà de l’existence. Chose qui n’est jamais aisée. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.