email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2014 Panorama Suisse

El tiempo nublado : une journée intime qui parle d'émotions universelles

par 

- Le film d'Arami Ullón, présenté au Panorama Suisse du Festival de Locarno, témoigne du flair du festival Visions du Réel de Nyon pour dénicher de nouveaux talents

El tiempo nublado : une journée intime qui parle d'émotions universelles

Le premier film de la réalisatrice paraguayenne (maintenant installée en Suisse) Arami Ullón est une oeuvre délicate et extrêmement puissante. C'est le premier film d'une série qui s'annonce vraiment fascinante et représente des premiers pas qui doivent être suivis avec attention. Même si le film d'Ullón a déjà fait l'objet d'une première projection, au festival Visions du Réel de Nyon (où il est reparti avec la mention spéciale pour un film suisse et le prix Regard Neuf du meilleur premier film), sa présence dans la nouvelle section Panorama Suisse de Locarno lui donne l'opportunité unique d'être vue par un public plus large, et ainsi d'être en capacité de continuer son parcours avec une détermination et une force décuplés.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

El tiempo nublado [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Arami Ullón
fiche film
]
est un voyage qui repose presque entièrement sur l'angoisse de la réalisatrice et personnage principal, Arami, qui se retrouve contrainte de faire un choix très difficile : comment s'occuper de sa mère, qui est atteinte d'épilepsie et de la maladie de Parkinson, maintenant qu'elle vit en Suisse, et comment peut-elle réduire la distance qui la sépare de son Paraguay natal ? Prise en étau entre un futur qu'elle pense être devant elle et un passé douloureux et chargé d'émotions, Arami se lance sur ce qui sera sans doute l'aventure la plus importante de sa vie : un parcours qui va la mener au plus profond de son âme et de ses peurs, et elle doit certainement lui trouver un nom. Le ciel, tout comme la vie d’Arami, est couvert de nuages (comme l’indique le titre, qui signifie "le temps nuageux"), mais personne ne peut dire avec certitude s’ils vont se dissiper, ou au contraire s’accumuler avant de déclencher une tempête.

Le film d’Arami Ullón est un de ces films qui est né d’un sens de l’urgence et qui n’a pas eu le temps de mûrir d’une quelconque façon rationnelle ; au contraire, il parvient à s’exprimer avec une énergie qui est uniquement créée lorsque la vie nous met à genoux. El tiempo nublado est une sorte de thérapie par l’image, qui possède cependant la qualité incroyablement admirable de ne jamais tomber dans l’écueil de l’apitoiement sur soi. En vérité, il nous régale, de manière très authentique, d’une émotion universelle inattendue et revigorante, une catharsis collective qui rend le film unique, à mi-chemin entre documentaire et portrait intime. La mise en scène de la réalisatrice en tant que personnage de son propre film, que l’on suit au quotidien alors qu’elle essaie de rassembler les débris d’une vie apparemment en mille morceaux, ne se ressent jamais comme un renfermement sur soi, dans un quelconque espace mental isolé. Bien au contraire, la générosité et la sincérité qu’elle communique au public dès le début rendent ses efforts parfaitement compréhensibles.

Arami ne nous ment jamais, et c’est là une des forces de son film. El tiempo nublado ne se veut pas un autoportrait de sa créatrice, mais plutôt une radioscopie de son agonie autour d’une figure maternelle si fragile qu’elle en devient presque fantômatique. Sa mère a toujours eu une présence si irréelle et instable, à cause de sa maladie, qu’elle a laissé un trou béant que seul son voyage final réussira à combler. Sans vraiment le faire exprès, la culpabilité ressentie par Arami envers sa mère, avec laquelle elle a été forcée de couper les ponts car elle a fini par décider qu'elle était incapable de gérer les crises horribles dont elle était témoin dès l’enfance, sera familière à quiconque a déjà eu à abandonner un proche afin de ne pas se perdre soi-même. La réalisatrice semble effleurer sa mère du regard à travers la caméra, en filmant ses mains et chaque geste subtil avec une sensibilité et une précision qui symbolisent la nature même de leur relation. Il s’agit d’une œuvre aboutie et d’une grande profondeur qui ne peut pas se retenir de nous emmener avec elle.

Les ventes internationales de El tiempo nublado sont assurées par Film Republic.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit par Florian Etcheverry)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy