email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS Portugal

Amor Impossível : Antonio-Pedro Vasconcelos filme les conséquences d’un amour idéalisé

par 

- Victoria Guerra y incarne une femme victime de sa propre obsession romantique

Amor Impossível : Antonio-Pedro Vasconcelos filme les conséquences d’un amour idéalisé
Victória Guerra dans Amor Impossível

Le réalisateur chevronné Antonio-Pedro Vasconcelos revient avec Amor Impossível [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Victória Guerra
fiche film
]
, un film qui décrit les conséquences tragiques d’une histoire d’amour idéalisée. Le scénario, signé Tiago Santos (collaborateur de longue date du réalisateur), est adapté d’une histoire vraie : celle d’un jeune homme qui a tué sa petite-amie puis tout fait pour cacher son implication dans le meurtre.

Dans le film, Cristina (Victoria Guerra), la victime, et Madalena (Soraia Chaves), flic, sont les deux personnages principaux de l’intrigue. Elles incarnent respectivement les archétypes de la fille trop romantique, passionnée et immature, et de la femme d’âge mûr rendue amère par sa relation amoureuse secrète avec un collègue. Les deux histoires sont dévoilées en parallèle, de sorte que le destin de la jeune femme finit par influencer les décisions de l’autre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Autre révélation inattendue : Guerra, récemment à l’affiche de Cosmos [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Victória Guerra
fiche film
]
 d’Andrzej Zulawski, bientôt dans The Body Artist de Benoît Jacquot. La jeune comédienne donne à son personnage cette intensité émotionnelle et cette beauté attirante qui se font tellement rares dans le cinéma portugais de ces dernières années.

Le scénario est méticuleux, même s’il est un peu fragmenté, en raison de ses constants flashbacks et de son intrigue criminelle qui aurait plus être davantage développée. À un moment du film, Madalena se dispute avec son amant (Ricardo Pereira) au sujet de l’affaire, disant : ʺC’est certain, tu n’as jamais été une jeune fille amoureuse !ʺ . On pourrait dire la même chose de Tiago Santos, mais il n’en reste pas moins que son scénario représente un immense effort d’imagination ainsi qu’une tentative louable de comprendre ce que cela fait d’être une jeune femme amoureuse, en proie à des désirs charnels mais aussi à une vision idéalisée d’une relation amoureuse. Certains dialogues du film sont ingénieux, notamment ceux de l’examen oral de littérature anglaise, où Cristina donne un aperçu de ses théories sur les conflits de couples, ou ceux de la scène où son petit-ami lui raconte des histoires en fumant de la marijuana.

En étudiant de près l’intrigue, on note tout de suite les références à différentes œuvres littéraires, des Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë à La Ballade de la geôle de Reading d’Oscar Wilde, avec la chanson « Each man kills the thing he loves… », qui avait inspiré Fassbinder pour Querelle, est devenue au Portugal un air incontournable, et s’avère en l’espèce plutôt prophétique.

Amor Impossível est à nouveau le fruit de la fructueuse collaboration entre le producteur Tino Navarro et Vasconcelos, qui, à 76 ans, reste assurément un des plus grands réalisateurs du cinéma portugais. Il est connu pour ses vastes projets, étalés sur plusieurs années, mais en l’occurrence, Amor Impossível est le deuxième film qu’il sort en deux ans, dans la foulée de Os Gatos Não Têm Vertigens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, sorti en septembre 2014 sur les écrans lusitaniens. On ne peut qu’espérer que ces films marqueront le début d’une phase plus prolifique de la carrière du réalisateur.   

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy