email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS Norvège

Difficile d’aller plus au nord : Tromsø s’ouvre avec Tongue Cutters

par 

- Le documentaire de Solveig Melkeraaen ouvrira le plus grand festival du film de Norvège, qui se tiendra jusqu’au 22 janvier à 350 kilomètres au nord du Cercle Arctique

Difficile d’aller plus au nord : Tromsø s’ouvre avec Tongue Cutters
Tongue Cutters de Solveig Melkeraaen

La première mondiale de Tongue Cutters, le documentaire du réalisateur norvégien Solveig Melkeraaen ouvrira aujourd’hui (le 16 janvier) la 27e édition du Festival international du film de Tromsø, en Norvège. L’histoire se déroule dans le village de pêcheurs de Myre et suit Tobias, dix ans. Il coupe les langues de cabillaud, à l’instar de nombreux autres enfants. Considérée comme un met délicat en Chine et au Japon, en Norvège, la langue de cabillaud est un plat quotidien. Ylva, une petite fille de neuf ans venant d’Oslo veut également apprendre ce métier alors qu’elle rend visite à ses grands-parents.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le festival, qui a totalisé 60 619 entrées l’année passée, est le plus grand de Norvège et est organisé par la ville la plus au nord de la planète – située à 350 kilomètres au-dessus du Cercle Arctique. Les films au programme sont projetés en après-midi et durant les nuits polaires dans cinq salles de cinéma et un cinéma extérieur ‘’enneigé’’ sur la Grand Place de Tromsø.

Le film de clôture (le 21 janvier) sera le lancement norvégien de la comédie dramatique La La Land du réalisateur américain Damien Chazelle, mettant en scène Emma Stone et Ryan Gosling, qui a établi un nouveau record avec sept Golden Globes, auxquels s’ajoutent ses 125 prix précédents – avant la sortie nationale du film par Nordisk Film Distribusjon.

La compétition internationale de cette année comprend 12 titres, tous sont des avant-premières norvégiennes et seront en lice pour le Prix Aurora, le Prix FIPRESCI de la presse cinématographique internationale et le prix Don Quijote de la Fédération internationale des ciné-clubs. La programmation comprend un titre nordique : Heartstone [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Guðmundur Arnar Guðmundsson
fiche film
]
du réalisateur islandais Guðmundur Arnar Guðmundsson.

Norwegian Horizons propose six longs-métrages nationaux, tels que Hunting Flies [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Izer Aliu
fiche film
]
d’Izer Aliu, qui se déroule dans une école de Macédoine ; Nowhere to Hide [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Zaradasht Ahmed, suit un infirmier du nord de l’Irak et a remporté le prix IDFA ; et The Rules for Everything [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Kim Hiorthøy
fiche film
]
de Kim Hiorthøy, une comédie sur une fille de dix ans qui tente d’accepter la mort de son père.

Quatre titres norvégiens ont été sélectionnés par les critiques nationaux et internationaux à la Semaine de la Critique : What Young Men Do [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Jon Haukeland
fiche film
]
, le premier quasi-documentaire de Jon Haukeland, Late Summer [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Henrik Martin Dahlsbakken
fiche film
]
d’Henrik Martin Dahlsbakken, Pyromaniac [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erik Skjoldbjærg
fiche film
]
d’Erik Skjoldbjærg et The King’s Choice [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Erik Poppe
fiche film
]
d’Erik Poppe, sélectionné pour les nominations à l’Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Parallèlement, le programme Sámi 100 célèbre le centenaire de la première convention des Sames tenue sur leur territoire, la zone arctique correspondant à la Laponie, au nord de la Suède, de la Norvège, de la Finlande et de la Russie. Quatre productions Sámi seront au programme, y compris un ciné-concert : Pathfinder de Nils Gaup, le premier long-métrage à être tourné en langue Sames.

Focus : la Turquie comprend quatre longs-métrages et un second long-métrage de jeunes réalisateurs turcs. La rétrospective de 2017 est dédiée à Cristian Mungiu, le premier réalisateur roumain à avoir remporté la Palme d’Or à Cannes avec 4 Months, 3 Weeks and 2 Days [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Cristian Mungiu
interview : Oleg Mutu
fiche film
]
(2007), présenté aux côtés des six histoires de Tales from the Golden Age [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(2009).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy