email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

IFFR 2017

A Heart of Love : Art, amour et musique à Varsovie

par 

- Le dernier film de Lukasz Ronduda, présenté dans la section Bright Future de Rotterdam, est un film esthétique et judicieux inspiré des vies et œuvres de Wojtek Bąkowski et Zuzanna Bartoszek

A Heart of Love : Art, amour et musique à Varsovie
Jacek Poniedzialek et Justyna Wasilewska dans A Heart of Love

Lukasz Ronduda présente A Heart of Love dans la section Bright Future du Festival international de Rotterdam. Ce film est inspiré de la relation entre Wojtek Bąkowski et Zuzanna Bartoszek, deux artistes qui vivent et travaillent à Varsovie.

Le film s’articule autour du lien artistique et émotionnel entre ce duo et de leur influence l’un sur l’autre. Il explore ainsi les limites entre l’art et l’amour et se penche sur les limites d’une relation amoureuse livrée à la création.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La symétrie entre l’art et la vie des deux personnages est traduite à l’écran par les compositions symétriques et linéaires qui accompagnent leurs va-et-vient entre boîtes de nuit, magasins, et galeries d’art. Ces sorties permettent d’équilibrer les disputes dans leur minuscule appartement. Le film alterne donc entre des scènes en intérieur et en extérieurs et se différencie ainsi de la nature statique de l’art de Wojtek Bąkowski et Zuzanna Bartoszek.

Le film aborde également la relation entre les générations nées pendant et après le communisme. Il s’agit d’une autre différence entre les deux personnages qui vivent dans une Pologne dépassée par les événements. Zuzanna Bartoszek parvient à transformer des choses en œuvres d’art plutôt que de transformer l’art en quelque chose. C’est du gaspillage que d’avoir de nombreux appareils ménagers allumés en même temps, ce qui montre que le consumérisme est tout aussi contraignant que le communisme. Le réalisateur parvient à nous montrer tous ces éléments non seulement à travers les œuvres de ce couple, mais également à travers la sienne, remplie d’effets stylistiques et d’inventivité : la scène dans laquelle Zuzanna salue chacune des enseignes qu’elle voit dans les rues de Varsovie, se sentant enfin libre d’acheter ce qu’elle veut, est particulièrement représentative de la situation.

Tous ces éléments sont en opposition avec la musique grandiose et la poésie de Wojtek, sombre et métallique. Ses mantras incessants laissent le public impuissant en le transportant dans le monde stérile des centres commerciaux. Dans sa manière de voir le monde, originale et organique, que le public découvre à travers la beauté des images, il n’oppose toutefois pas le recyclage et le mixage sonore.

Si A Heart of Love résulte de ces artistes qui vivent à Varsovie, un futur brillant, mais sombre, attend l’art et le cinéma polonais.

Le film a été produit par Kuba Kosma de Serce, qui assure également les ventes internationales.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy