email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FINANCEMENTS France

L'avance du CNC pour Amanda de Mikhaël Hers

par 

- Le CNC soutiendra aussi des films signés Bruno Podalydès, Stéphane Demoustier, Jacques Deschamps et Dominique Lienhard

L'avance du CNC pour Amanda de Mikhaël Hers
Le réalisateur Mikhaël Hers

Cinq projets ont été retenus lors de la 1ère session 2017 du second collège de l’avance sur recettes du CNC. Parmi eux se distingue Amanda [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mikhaël Hers
fiche film
]
, le troisième long métrage de Mikhaël Hers après Memory Lane [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(dévoilé à Cinéastes du présent à Locarno en 2010 et qui arrivait après trois moyens métrages tous sélectionnés à Cannes) et Ce sentiment de l'été [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mikhaël Hers
fiche film
]
(passé par Rotterdam en 2016). Ecrit par le réalisateur avec Maud Ameline (nominé au César 2013 du meilleur scénario original pour Camille redouble [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), le scénario revient sur le trouble de la période actuelle à travers l'itinéraire de David, jeune vingtenaire indécis, qui va perdre sa soeur dans un attentat et se retrouver alors en charge de sa jeune nièce de sept ans, Amanda. Produit par Pierre Guyard (Producer on the Move 2015 de l'European Film Promotion) pour Nord-Ouest Films, le long métrage sera coproduit par Arte France Cinéma et devrait compter au casting sur Vincent Lacoste (nominé au César 2010 du meilleur espoir pour Les Beaux gosses [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, à celui du meilleur acteur en 2015 pour Hippocrate [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Thomas Lilti
fiche film
]
et à celui du meilleur second rôle cette année pour Victoria [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Justine Triet
fiche film
]
).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Avance sur recettes également pour Bécassine ! [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le 8e long métrage de Bruno Podalydès. César 1999 de meilleur premier long pour Dieu seul me voit (Versailles Chantiers), le cinéaste avait ensuite signé Liberté Oléron (2001), Le mystère de la chambre jaune, Le parfum de la dame en noir [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Bruno Podalydès
interview : Pascal Caucheteux
fiche film
]
(hors compétition à Venise en 2005), Bancs publics [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(Versailles rive droite)
en 2009, Adieu Berthe - L'enterrement de mémé [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(Quinzaine des réalisateurs 2012) et Comme un avion [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
en 2015. Il se lance cette fois dans une adaptation de la bande dessinée créée par Joseph Porphyre Pinchon et Caumery, un film qui sera produit par Why Not.

Seront aussi soutenus par le CNC, La fille au bracelet de Stéphane Demoustier (son second long après Terre battue [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, apprécié à la Semaine de la critique vénitienne en 2014) qui sera produit par Petit Film et la comédie musicale documentaire Les petits maîtres du grand hôtel [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Jacques Deschamps (le 5e long métrage d'un cinéaste vainqueur du prix de la meilleure première œuvre à Venise en 1996 avec le film de fiction Méfie-toi de l’eau qui dort) qui sera produit pat TS Productions.

La liste des heureux élus de cette session est complétée par Des feux dans la nuit (titre provisoire: Naufrages) de Dominique Lienhard (son second long après Müetter en 2006), qui sera produit par Offshore. Le cinéaste a adapté le roman éponyme du Japonais Akira Yoshimura qui se déroule dans un village isolé entre mer et montagne où les habitants tentent de survivre comme ils peuvent. Son père étant parti au loin pour deux ans, un jeune garçon de 10 ans se retrouve avec la lourde responsabilité de sa famille. Il est aussi chargé de surveiller de grands feux allumés sur la plage, pour faire cuire du sel, mais aussi, finit-il par apprendre, pour attirer les bateaux les soirs de tempête. Une nuit, un bateau s’échoue en offrant aux villageois sa précieuse cargaison. Une manne divine ?

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy