email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION Espagne

Lois Patiño tourne Lúa vermella en deux temps

par 

- Le réalisateur encensé de Costa da Morte vient de finaliser la première partie du tournage de son nouveau film, qui se poursuivra jusqu’au début du mois du juillet

Lois Patiño tourne Lúa vermella en deux temps
Le réalisateur Lois Patiño

“Un hameau. Le temps semble s’être arrêté. Tout le monde est paralysé tandis que la nature et les animaux évoluent librement. Et pourtant, on entend des gens qui parlent et se meuvent, comme d’une autre dimension inconnue. La sensation est celle d’un entre-deux pleins de spectres. Trois femmes d’âge avancé (des sorcières ?) sont capables d’évoluer entre ces deux dimensions. Elles essaient de faire quelque chose qu’on ne peut pas comprendre” : voilà le synopsis fourni par Felipe Lage (le producteur de Mimosas [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Oliver Laxe
fiche film
]
, de son frère Oliver Laxe) sur le nouveau film de Lois Patiño, Lúa vermella [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lois Patiño
fiche film
]
(titre provisoire: Tempo vertical), qu’il produit de même qu’il avait produit son précédent, le titre couvert de prix Costa da Morte [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lois Patiño
fiche film
]
. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Il s’agit d’une coproduction entre les sociétés galiciennes Zeitun Films et Amanita Films, avec le soutien de l’AGADIC, dont il a été décidé que le tournage s’effectuerait en deux temps : du 15 mai au 3 juin (trois semaines) dans la zone de Monforte de Lemos (province de Lugo), puis du 3 juillet au 15 juillet (deux semaines) autour de Camariñas-Costa da Morte (La Corogne)

L’équipe technique comprend Lois Patiño (réalisateur, chef-opérateur et monteur), Adrián Orr (assistant réalisateur, auteur du film primé Niñato [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
), Jaione Camborda (directrice artistique), Judith Cerqueiro (costumière) et Anibal Menchaca (prise de son). Les interprètes principales (non-professionnelles) sont Ana Gonzalez, Carmen Martinez et Pilar Rodriguez. Autour d’elles : une majorité de figurants recrutés parmi les locaux.

Pour Patiño, Lúa vermella, réalisé avec pour références Alain Resnais(celui de L’Année dernière à Marienbad), Wim Wenders (Les Ailes du désir), Béla Tarr et Pedro Costa, “cherche à enchevêtrer fiction et essai documentaire et audiovisuel”. “Ce sera, poursuit-il, un film fantôme qui se passe dans une villa de Galicie et fait jaillir du mystère à partir d’une proposition narrative innovante. La réflexion qui en ressort part du local pour aller vers l’universel. Nous allons nous concentrer sur la manière dont nous (les Galiciens) nous rapportons à la mort et sur les mythes ancrés dans notre culture. Dans le film, des fantômes et esprits cohabitent avec le temps présent dans l’espace du village. Cela va nous permettre d’appréhender le temps d’une manière différente : l’instant et la durée, la répétition et l’immobilité vont transmettre davantage de densité temporelle. Ici, l’idée de la continuité temporelle se rompt, en accord avec les concepts d’Henri Bergson : ici, le temps s’étire et se contracte”.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy