email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2017 Orizzonti

Krieg : les conséquences de la guerre

par 

- VENISE 2017 : Rick Ostermann revient à Venise avec un drame qui se déroule sur une montagne où un homme va se réfugier après une perte douloureuse

Krieg : les conséquences de la guerre
Ulrich Matthes dans Krieg

Dans Wolfschildren [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rick Ostermann
fiche film
]
(2013), Rick Ostermann relatait le combat pour survivre d’orphelins, dans l’Allemagne sous occupation soviétique. Dans son deuxième film, intitulé Krieg, présenté dans la section Orrizonti de la Mostra de Venise, comme le titre allemand du film l’annonce, il explore à nouveau le thème de la guerre. L’action se passe de nos jours. Le film est une adaptation par Hannah Hollinger du livre éponyme de Jochen Rausch, que le réalisateur a rencontré alors qu’il était en transit dans un aéroport, en chemin pour un festival où il allait présenter son premier travail. Krieg est une représentation sans concessions des conséquences de la guerre, qui continuent de peser pendant des années dans les vies de ceux qui ne sont pas directement concernés par le conflit.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Le film dépeint à la fois une vraie guerre et une petite guerre privée. Arnold (Ulrich Matthes) et Karen (Barbara Auer) forment un couple ordinaire, démocratique et pacifiste. Ils ont un fils, Chris, également pacifiste, qui décide, contre toute attente, de s’enrôler dans l’armée allemande, la Bundeswehr, et de partir dans une zone de conflit (dont il n’est pas dit s’il s’agit de l’Irak ou de l’Afghanistan). Chris écrit régulièrement à ses parents pour décrire sa vie sur le terrain. Ses e-mails prennent une tournure de plus en plus inquiétante à mesure que le jeune homme découvre la véritable nature de la guerre, avec des attaques de civils qui tuent des enfants. Quelques semaines avant son retour, la nouvelle de sa mort ébranle la vie des parents : Karen se suicide et Arnold décide d’acheter, en pleine montagne, une cabane qui appartenait à un sculpteur, et ainsi s’affranchir du monde.

Tous ces événements sont relatés à travers un flashback qui reconstitue toute l’histoire pour le public, en 93 minutes. Dans son refuge isolé, Arnold est victime d’attaques de la part d’un inconnu qui campe non loin de là, au milieu de la forêt. Un beau jour, cet étranger blesse grièvement le chien d’Arnold, un animal qui lui est cher, de sorte qu’il décide, sans mêler la police à l’incident, de faire la justice lui-même. Arnold reçoit alors la visite d’une femme mystérieuse (Jördis Triebel) qui cherche son ex-mari, également parti vivre loin de tout dans ces montagnes. Ce pourrait bien être lui, le “méchant” attaquant, mais cela n’étanche pas la soif de vengeance d’Arnold. On pourrait affirmer que la folie de la guerre a pris le dessus mais Arnold se bat essentiellement contre lui-même, son incapacité à faire le deuil, et l’absence d’une veritable rédemption.

Krieg est un téléfilm produit par Schiwago Film GmbH pour l’antenne Westdeutscher Rundfunk Köln.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit par Florian Etcheverry)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy