email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE France / Italie

10e voyage De Rome à Paris pour le cinéma italien

par 

- Du 25 au 28 janvier, 8 films italiens inédits à l’affiche dans la capitale française, 12 projets au marché et quatre titres en Work in Progress

10e voyage De Rome à Paris pour le cinéma italien
Tito et les aliens de Paola Randi

Très bien accueilli du festival de Turin, Tito et les aliens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Paola Randi
fiche film
]
de Paola Randi fera demain l'ouverture à L'Arlequin de la 10e édition de la manifestation De Rome à Paris, organisée dans la capitale française du 25 au 28 janvier par le MiBact et l’ANICA. Au menu pointent sept autres films italiens inédits en France où ils n’ont pas encore de distributeurs, en particulier trois œuvres découvertes à la dernière Mostra de Venise : le long métrage d’animation La Nouvelle Cendrillon [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alessandro Rak
fiche film
]
d’Alessandro Rak (second opus du réalisateur après L’arte della felicità [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alessandro Rak
fiche film
]
qui avait ouvert en 2013 la Semaine de la Critique vénitienne avant de remporter l’European Film Award de sa catégorie), La Vie en commun [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d’Eduardo Winspeare et Le Cratère [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Silvia Luzi, Luca Bellino
fiche film
]
de Silvia Luzi et Luca Bellino

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Seront également en vitrine Où je n’ai jamais habité [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Paolo Franchi (avec Emmanuelle Devos au casting), la comédie Laisse toi aller ! [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Francesco Amato (avec Toni Servillo en tête d’affiche), Tout ce que tu veux [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Francesco Bruni, et le documentaire La lucida follia di Marco Ferreri [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 d’Anselma dell’Olio. A noter que les huit films seront projetés en présence de leurs cinéastes et interprètes.

De Rome à Paris est aussi doté d’un volet professionnel prévoyant notamment un marché avec 12 projets sélectionnés en quête de partenaires (coproducteurs, distributeurs, vendeurs). Parmi les six majoritaires italiens se distinguent, à des stades divers de développement, Charleston (Il Charleston) d’Emma Dante (en compétition à Venise en 2013 avec Palerme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Emma Dante
fiche film
]
), The Registrer (Il registro) de Marco Amenta (production : EuroFilm), Margherita de Valentina Carnelutti (Dugong Films) et The Time of Indifference (Les indifférents) de Leonardo Guerra Seragnoli (une adaptation du roman d’Alberto Moravia) sous la houlette d’Indiana Productions. Les accompagnent deux projets en pré-production : Palazzo di giustizia [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Chiara Bellosi (production : Tempesta) et le titre d’animation Deaddy (aka A Squeleton Story) d’Alessandro Rak qui est piloté par Mad Entertainment

Les six projets majoritaires français sont Dunes Dreams de Samuel Doux (Avenue B Productions), Le coupable en moi de Julien Sicard (FilmO2), Les jours les plus intenses de Tommaso Usberti (Lionceau Films), Ensemble de Fabio Marra (Fin Août Productions), Photographer of God de Gonzalo Justiniano (Selenium Films) et La Peau claire de Maud Garnier (Offshore).

Enfin, un Work in Progress incluant quatre films italiens est au menu des journées professionnelles (qui incluent aussi une conférence sur la coopération franco-italienne) avec la dramedy Quanto basta [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 de Francesco Falaschi et trois titres vendus par Fandango : la comédie La profezia dell’armadillo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 d’Emanuele Scaringi et les drames Fiore gemello [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Laura Luchetti et Ovunque Proteggimi [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de Bonifacio Angius.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy