email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

TRIBECA 2018

Critique : Where Is Hendrix ?

par 

- Le scénariste-réalisateur chypriote Marios Piperides explore la querelle de son pays, mêlant le comique et l’absurde pour faire tomber les frontières

Critique : Where Is Hendrix ?
Adam Bousdoukos (à gauche) dans Where Is Hendrix ?

Fort de l’expérience considérable qu’il a acquis en tant que propriétaire et producteur d’AMP Filmworks, le scénariste et réalisateur chypriote Marios Piperides avait déjà réalisé deux courts-métrages et un documentaire, intitulé The Last Remaining Seats (2011). Son précédent film avait comme sujet principal la querelle qui divise actuellement Chypre et qui a vu le jour à la suite de l’invasion turque de 1974. Son premier long-métrage, Where Is Hendrix ? [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Marios Piperides
fiche film
]
, qui figure au programme International Compétition Fictions du 17e Festival du film de Tribeca, évoque un thème similaire.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Alors que Chypre traverse une crise financière, Yiannis (Adam Bousdoukos) tente de se dépêtrer d’une crise personnelle. Il est ruiné, sa carrière de musicien est sur le déclin, il est criblé de dettes et il éprouve toujours des sentiments pour son ex-petite amie Kika (Vicky Papadopoulou), dont il garde le chien, Jimi. Tous ses problèmes sont toutefois en passe d’être résolus, car Yiannis s’apprête à quitter Nicosie pour déménager, dans trois jours, aux Pays-Bas. Ses plans changent brutalement quand la chien s'échappe pendant une promenade et s'enfonce dans les quartiers turcs de la ville. Yiannis tente de le récupérer, mais il se retrouve confronté aux lois diplomatiques et aux règlementations absurdes de l’Union européenne, qui énoncent qu'on ne peut pas “importer” un animal d’un territoire non-européen sur un sol “grec”. Un enchaînement d’événements inattendus amène Yiannis à demander à contrecœur l’aide d’Hasan (Fatih Al), un immigré turc installé dans le nord de la ville qui rêve comme lui d’une nouvelle vie.

Where Is Hendrix ? raconte une histoire simple mais symbolique qui, partant des péripéties d’une homme ayant perdu son chien, remet en question les idées préconçues les plus inébranlables des Chypriotes concernant leur histoire et leurs émotions, en particulier à Nicosie, la dernière capitale divisée du monde, celle qui “n’oublie pas”. Piperides, co-producteur et scénariste du film (inspiré de faits réels), met en scène la division interminable et irrésolue qui règne sur sa terre natale depuis près de 44 ans. En exposant ainsi l’absurdité de la paranoïa diplomatique entre ces deux communautés plus semblables que différentes, il crée sa propre zone tampon, une zone qui paraît nettement plus agréable que celle imposée par les Nations Unies.

Pour comprendre l’“ennemi” à votre porte, vous devez d’abord comprendre sa propre identité et sentir les similarités qui vous rapprochent de “l’Autre”. En faisant faire à Yiannis des allers-retours entre la “zone grecque” qualifiée de “libre” et la “zone turque” prétendument “occupée”, le réalisateur suggère, avec autant de légèreté que de sens comique, que les deux communautés théoriquement hostiles l’une à l’autre, ont en réalité davantage de points communs que de raisons de se diviser. Pour accentuer le côté "entre-deux" de son récit, il crée de vrais liens d’amitié entre Hasan, l’immigré originaire de Turquie, et ses autres personnages. Les immigrés turcs ne jouissent pas de véritables droits sur l’île, et leur présence est désapprouvée tant par la communauté grecque que par la communauté turque chypriote. Étant donné qu'en théorie, ils n’existent pas, le film représente une opportunité rare de manifester leur présence.

Where Is Hendrix ? est une coproduction chypriote, allemande et grecque de Marios Piperides, Janine Teerling (AMP Filmworks), Thanassis Karathanos et Martin Hampel (Pallas Film) avec Costas Lambropoulos, Giorgos Kyriakos (Viewmaster Films), ZDF/Arte et ERT. Le film a bénéficié du soutien du Ministère de l’Éducation et de la Culture de Chypre, du Mitteldeutsche Medienförderung, du Centre du cinéma grec et d’Eurimages. Les ventes internationales sont prises en charge par la société allemande The Match Factory.

(Traduit de l'anglais par Séverine Meuleman)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.