email print share on facebook share on twitter share on google+

LA ROCHELLE 2018

215 films en vitrine à La Rochelle

par 

- Jusqu’au 8 juillet, la 46e édition du festival mettra notamment à l’honneur Bergman, Bresson, Philippe Faucon, Aki Kaurismäki, Lucrecia Martel et Nick Park

215 films en vitrine à La Rochelle
Dogman de Matteo Garrone

Ayant toujours tourné le dos aux diktats des compétitions et axé sa ligne éditoriale sur le mélange des grandes œuvres du passé et des titres de qualité du présent, le Festival International du Film de La Rochelle (qui a battu l’an dernier son record de fréquentation avec 90 000 spectateurs) ouvrira ce soir sa 46e édition avec Dogman [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
de l’Italien Matteo Garrone et proposera jusqu’au 8 juillet (et une clôture assurée par Les Soldats [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ivana Mladenovic
fiche film
]
d’Ivana Mladenovic, en première française) un très riche programme de 215 films incluant 160 longs métrages et 55 courts.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au rayon des rétrospectives, pour célébrer le centenaire de la naissance d’Ingmar Bergman, 20 longs métrages du maître suédois seront au menu. Et un second grand nom de l’Histoire du cinéma mondial sera à l’honneur : le Français Robert Bresson avec la projection de ses 13 longs. Enfin, une sélection de neuf titres braquera les projecteurs sur "Les drôles de dames du cinéma muet".

Le festival rendra hommage cette année, en leur présence, à trois brillants cinéastes contemporains avec une intégrale (17 longs métrages) pour le Finlandais Aki Kaurismäki, 8 films du Français Philippe Faucon (dont son dernier opus, Amin [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Philippe Faucon
fiche film
]
, très apprécié à la Quinzaine des Réalisateurs cannoise) et les quatre longs réalisés par l’Argentine Lucrecia Martel. A signaler également une programmation dédiée au travail du maestro britannique de l’animation Nick Park avec les Studios Aardman.

L’actualité est aussi de la partie avec la section "Ici et Ailleurs" consacrée à 41 films coups de cœur de l’année. Parmi eux se distinguent la première mondiale de Au poste ! [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du fantasque Quentin Dupieux ou encore les premières françaises de Messi and Maud [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de la Néerlandaise Marleen Jonkman et des documentaires Premières solitudes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Claire Simon
fiche film
]
de Claire Simon (découvert à Berlin), The Dead Nation [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Roumain Radu Jude et L’Envers d’une histoire [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Mila Turajlić
fiche film
]
de la Serbe Mila Turajlic. Un bataillon très fourni de longs métrages arrivant en droite de ligne de Cannes est également à l’affiche avec la Palme d’Or Une affaire de famille du Japonais Hirokazu Kore-eda, le prix du scénario Heureux comme Lazzaro [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alice Rohrwacher
fiche film
]
de l’Italienne Alice Rohrwacher, les compétiteurs Le Poirier sauvage [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Turc Nuri Bilge Ceylan, L’Été [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ilya Stewart
fiche film
]
du Russe Kirill Serebrennikovet Yomeddine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : A.B. Shawky, Dina Emam
fiche film
]
de l’Egyptien A.B. Shawky, le sulfureux et passionnant The House That Jack Built [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lars von Trier
fiche film
]
du Danois Lars von Trier, l’enthousiasmant Woman at War [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Benedikt Erlingsson
interview : Benedikt Erlingsson
fiche film
]
de l’Islandais Benedikt Erlingsson, les primés du Certain Regard Donbass [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sergei Loznitsa
fiche film
]
de l’Ukrainien Sergei Loznitsa et Sofia [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Meryem Benm'Barek
fiche film
]
de la Marocaine Meryem Benm’Barek, mais aussi Petra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jaime Rosales
fiche film
]
de l’Espagnol Jaime Rosales, Nos batailles [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Guillaume Senez
fiche film
]
du Belge Guillaume Senez, Les Moissonneurs [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Etienne Kallos
fiche film
]
du gréco-sud-africain Etienne Kallos, Mon tissu préféré [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de la Syrienne Gaya Jiji, La Tendre Indifférence du monde [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Adilkhan Yerzhanov
fiche film
]
du Kazakh Adilkhan Yerzhanov, et les documentaires La Route des Samouni [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Stefano Savona
fiche film
]
de l’Italien Stefano Savona, Libre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Michel Toesca, L’État contre Mandela et les autres de Gilles Porte et Nicolas Champeaux, Les Âmes mortes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
du Chinois Wang Bing et Cassandro the Exotico [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Marie Losier.

Un programme haut de gamme complétée entre autres par un Zoom découverte sur le cinéma bulgare contemporain (sur lequel Cineuropa reviendra plus en détail), par une nuit de trois films interprétés par Christopher Walken, et par plusieurs classiques et raretés, dans un vaste mix cinéphile qui fait tout le charme et la valeur du Festival de La Rochelle.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.