email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

KARLOVY VARY 2018 East of the West

Critique : Pause

par 

- KARLOVY VARY 2018 : Dans son premier long-métrage, émouvant et réaliste, la Chypriote Tonia Mishiali se concentre sur la position des femmes dans une société conservatrice et patriarcale

Critique : Pause
Stela Fyrogeni dans Pause

La scénariste-réalisatrice-productrice chypriote Tonia Mishiali a déjà un beau tableau de chasse en termes de festivals où elle a été invitée. Ses courts-métrages Dead End (2013) et Lullaby of the Butterfly (2014) ont été projetés à plus de 60 rencontres internationales, notamment à Locarno, Palm Springs et Sarajevo. Dans ses films, Mishiali aborde des sujets sociaux et le rôle des femmes dans la société moderne. Ce deuxième thème est au coeur de son premier long-métrage, Pause [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Tonia Mishiali
fiche film
]
, qui concourt dans la section East of the West du 53e Festival de Karlovy Vary, où il vient de faire son avant-première mondiale.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Elpida(Stela Fyrogeni), prisonnière d'un mariage agité et sans amour, ressent les premiers symptomes de la ménopause, ce qui affecte son corps comme son esprit. La dégradation de sa relation avec son despotique mari Costas (Andreas Vassiliou) ne fait qu'exacerber davantage ses besoins affectifs et l'absence de communication entre eux. Ses seuls liens avec le monde extérieur sont sa meilleure amie Eleftheria (Popi Avraam), sa voiture et les tableaux qu'elle peint. La solitude silencieuse d'Elpida associée à l'arrivée de la ménopause va soudain faire de sa vie une zone intermédiaire. La réalité se mélange souvent avec ses fantasmes violents, où s'exprime sa véritable personnalité. Tout s'accélère encore davantage quand elle rencontre un jeune peintre et que par ailleurs son mari vend sa voiture. La pause du titre pourrait bien marquer un nouveau départ pour elle.

Pause est un portrait cru mais plutôt réaliste de tous les mariages et familles sans sentiments qui dominent les sociétés patriarcales grecque et chypriote, entre autres. L'histoire d'Elpida, co-écrite par la réalisatrice avec Anna Fotiadou, pourrait même être accusée de manquer d'originalité, car tous les éléments qu'elle comporte sont tellement vrais que la frontière entre fiction et réalité est presque invisible.

L'action se déroule dans un appartement sans vie, d'une froideur presque clinique, photographié par Yorgos Rahmatoulin (dont c'est la deuxième collaboration avec Mishiali) et hanté par la musique de Julian Scherle. Les images qui résultent de cette combinaison sont effrayantes de familiarité, surtout pour quiconque s'est déjà trouvé exposé à une société aussi conservatrice jusqu'à frôler l'anachronisme. La réalisatrice le confirme : elle a puisé son inspiration dans l'environnement dans lequel elle a grandi. L'ensemble de l'expérience est rehaussé par la performance sublime et très convaincante de Fyrogeni dans le rôle de l'épouse cantonnée à son "domaine", comme l'impose son mari.

Heureusement, Pause ne fait pas que dépeindre un problème : le film arrive à mettre le doigt sur une forme de tourment émotionnel et personnel dévastatrice qui s'étale sur la durée, et sur laquelle on ne met jamais vraiment de mots dans la vie réelle, a fortiori à laquelle on ne s'oppose jamais par les actes. Le film donne donc une voix, enfin, à beaucoup de femmes, qui vont se retrouver en cette héroïne. Ce premier long-métrage de Mishiali est bel et bien un film émouvant qui vient tout droit du coeur et qui, malgré ses apparences sinistres, contient tout de même une lueur (en grec, elpida signifie espoir) qui suggère qu'il y a des chances de la situation change un jour et que la société va se réveiller sur le sujet de la position que les femmes occupent en son sein.

Pause est une coproduction entre Chypre et la Grèce qui a réuni les efforts d'Andros Achilleos (A.B. Seahorse Film Productions) ainsi que de Stelana Kliris et Tonia Mishiali, en association avec Ioanna Soultani et Panos Bisdas (Soul Productions). Les ventes internationales du film sont assurées par l'agence londonienne Film Republic.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.