email print share on facebook share on twitter share on google+

LOCARNO 2018 Signs of Life

Critique : Sobre Tudo Sobre Nada

par 

- LOCARNO 2018 : Le Portugais Dídio Pestana se lance dans le long-métrage avec un essai poétique existentialiste sur la lutte entre mémoire et passage du temps

Critique : Sobre Tudo Sobre Nada

La section compétitive Signs of Life du Festival de Locarno a accueilli l'avant-première mondiale du premier long-métrage du Portugais Dídio PestanaSobre Tudo Sobre Nada, entièrement filmé en Super8, est un essai poétique sur l'amour, le passage du temps et la solitude existentielle, structuré comme un carnet de voyage similaire à ceux de Jonas Mekas.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La ville de Lisbonne était la seule maison que Dídio Pestana avait connue jusqu'en 2006. Cette année-là, il a déménagé à Berlin et ses horizons se sont ouverts, ainsi que sa manière de comprendre le monde et de s'y rapporter. Dans sa nouvelle ville, il a eu une révélation existentielle qui l'a amené à filmer de manière compulsive; toujours en Super8, les instants fugaces de cette nouvelle période de sa vie. Comme l'indique le titre du film, Sobre Tudo Sobre Nada (litt."Sur Tout Sur Rien"), n'est pas une compilation des chapitres les plus transcendants de sa biographie, mais le résultat d'une sacralisation du quotidien ou, pour citer une des voix off de ce film délicieux, de la permanente impermanence du jour à jour, dans tous les lieux que le réalisateur visite.

Le film couvre les dix années qui viennent de s'écouler pour l'auteur. C'est une odyssée sur les abîmes de l'intimité dans dix pays différents, qui vont du continent européen à l'Afrique. Le film est une sorte d'exorcisme cinématographique des fantômes des personnes et des lieux qui veulent se maintenir dans la mémoire du cinéaste et luttent pour ne jamais en disparaître. Le film met en scène la bataille ancestrale entre la mémoire et la passage du temps en donnant une voix aux souvenirs qui agonisent dans leur lit de mort.

Il est cependant un lieu où la mémoire arrive à vaincre le temps pour Dídio Pestana, et il se cache dans son Portugal natal. Depuis que son père lui a révélé le secret de ce paysage magique, quand il était petit, le réalisateur est toujours revenu régulièrement sur la plage de Guincho, près de Lisbonne. Entre un voyage et un autre vers différentes capitales européennes, le réalisateur retourne toujours, physiquement ou spirituellement, avec des proches, des amis, des collaborateurs sur le film, vers ce paradis qui s'établit comme l'axe de gravitation de tout le film.

Sobre Tudo Sobre Nada le film a été produit par la société portugaise Kintop, qui en assure également les ventes internationales.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.