email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2018 Sconfini

Critique : Il ragazzo più felice del mondo

par 

- VENISE 2018 : Ce sympathique deuxième film par le dessinateur Gipi est un pseudo-documentaire sur un mysrère à résoudre dans le monde de la bande dessinée

Critique : Il ragazzo più felice del mondo
Gipi, Gero Arnone et Davide Barbafiera dans Il ragazzo più felice del mondo

Ceci est une histoire vraie. C'est du moins ce qu'essaie de nous faire croire l'auteur du film Il ragazzo più felice del mondo [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Gipi
fiche film
]
, projeté à la Mostra de Venise dans la section hors-compétition Sconfini. Gipi (pseudonyme de Gianni Alfonso Pacinotti), très populaire en Italie comme dessinateur de bande dessinée, déjà réalisateur d'un long-métrage, L'ultimo terrestre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
(en compétition à Venise en 2011), propose à présent avec son nouveau film, produit et vendu par Fandango, une hybridation entre documentaire et fiction où se déploie une réflexion tranquille sur l'art de divertir à travers le dessin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

La verve typiquement toscane, pisane pour être précis, de Gipi donne parfois lieu à de purs gags, mais le film est avant tout une nouvelle expérimentation cinématographique, atypique et drôle, par un auteur avec un style distinctif et impétueux qui allie aventure et réalisme tout en mettant constamment en scène son expérience personnelle du quotidien.

Le réalisateur est d'ailleurs le héros de son film. Dans la première scène, on le voit tenter de convaincre le producteur Domenico Procacci de financer une Vie d'Adèle [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Abdellatif Kechiche
fiche film
]
au masculin, avec des scènes très explicites de sexe entre hommes. "En ce  moment, en Italie, ça devrait marcher", dit Gipi. Contraint de se replier sur une autre idée, le dessinateur découvre alors qu'un de ses collègues vient de recevoir une lettre provenant d'un jeune fan qui se trouve être identique en tous points à un courrier reçu par lui en 1997.

Combien d'autres auteurs de bande dessinée ont reçu cette même lettre ? Gipi pose la question sur Facebook et reçoit 50 réponses, ce qui signifie que depuis vingt ans au moins, quelqu'un se fait passer pour un garçon de 15 ans pour demander aux dessinateurs de lui envoyer un dessin. Une belle histoire, mais comment la raconter.

Gipi réunit alors une équipe de pieds nickelés pour tourner un documentaire sur l'arrivée en bus de tous les dessinateurs au domicile du fan anonyme, et sur la réaction de ce dernier, mais avant, il s'agit de convoquer un graphologue pour cerner la personnalité de cette personne. Et si c'était un dangereux maniaque ? Par prudence, Gipi enregistre toutes les étapes de son voyage vers l'inconnu à la messagerie vocale de sa compagne (Chiara Palmieri).

Une intrigue qui n'est en fait qu'un prétexte pour nous parler du monde des dessinateurs de bande dessinée, des gens qui allient talent, imagination et technique et qui sont aussi très fragiles, souligne Gipi, parce qu'ils sont extrêmement sensibles au jugement du public. "De grands enfants", parce que tous les enfants dessinent, mais très peu continuent à le faire quand ils sont grands.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.