email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2018 Hors-compétition

Critique : 1938 Diversi

par 

- VENISE 2018 : L’Italien Giorgio Treves réalise une enquête fouillée et credible autour d’une période très difficile de l’Histoire italienne récente

Critique : 1938 Diversi

“Le fascisme est susceptible de revenir sous les apparences les plus innocentes. Notre devoir est de le démasquer, de montrer du doigt chacune de ses nouvelles formes – chaque jour, dans chaque partie du monde." Ce paragraphe poignant signé Umberto Eco, tiré de son essai de 1995 Reconnaître le fascisme, sert de conclusion à un documentaire au ton sombre qui, en 62 minutes seulement, parvient à mieux traiter ce thème que bien des films de deux à trois heures projetés cette année à Venise.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

80 ans après l’avènement des lois fascistes sut la race en Italie, 1938 Diversi [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Giorgio Treves
fiche film
]
, projeté hors-compétition à la Mostra de Venise, retrace les événements qui ont mené à des années particulièrement difficiles dans l’histoire du pays au XXè siècle, ainsi que ce qui a suivi. Le réalisateur Giorgio Treves, nominé aux Oscars, en présente une reconstitution crédible, divisée en six chapitres.

“Vous devez apprendre à être moins gentils, et plus durs et sans pitié, en un mot : des maîtres !” : voilà le genre de propos qui étaient déclamés devant le peuple italien au début des années 1920, quand Benito Mussolini s'efforçait d'imposer sa pensée à travers le pays. La Grande Guerre étant “gagnée”, il était temps pour l’Italie de prendre une position de leader, dans la lignée de l’Empire romain.

C’est ainsi que tout commença. L’Italien moyen enfile ses bottes, souvent trop grandes pour lui, et alors que les choses prennent de l’ampleur et que le Duce enchaîne les victoires, les Italiens lui emboîtent le pas, presque habitués à porter des chaussures si raides. Ses enfants appartiennent à des groupes comme Figli della Lupa (Enfants de la Louve) et l’Italie est militarisée, mais pas encore raciste.

Pendant la guerre d'Éthiopie, la supériorité du peuple italien est vantée avec fougue dans les bandes dessinées, les films, les chansons. Et puis des décrets bannissent toute sympathisation avec des personnes de couleur noire. L’étape suivante, dans un pays où l’antisémitisme existait à peine, était le Juif italien, qui vivait jusqu’ici comme un quidam, et portait même des bottes.

Le 14 juillet 1938, Il Giornale d’Italia publie “Le Manifeste sur la Race”, où des “scientifiques” établissent l’existence de la race humaine et des différences en qualité. Les choses s’accélèrent encore, une fois de plus. Quelques mois après, en novembre, une loi est promulguée et les juifs italiens sont sous le joug de textes qui leur nient tous les droits : à l’éducation, au travail... Le pire reste cependant à venir.

Treves va plus loin dans son enquête. Il alterne entre des archives d’actualité saisissantes, des commentaires experts d’universitaires érudits sur le sujet, des cartoons, des séquences d’animation lyriques, des citations scandaleuses de l’époque, et surtout des témoignages de gens qui ont connu cette époque – c'est pourquoi le film a été réalisé pour le 80e anniversaire des événements et non le centième, parce qu’il existe encore des gens qui s’en souviennent et sont là pour en parler.

La meilleure d’entre eux est sans aucun doute Liliana Segre, à présent sénatrice à vie en Italie, à l’époque membre d’une famille juive. Elle a été expulsée de son école à l’âge de huit ans et déportée à Birkenau cinq ans après. Ses souvenirs, tranchants et précis, sont fait de surprise, de peur, de deuil et d'absence de dignité, chez les victimes comme les bourreaux. Ses déductions sont parfaitement en ligne avec la citation d’Eco, qui vaut en effet d’être lue et relue.

1938 Diversi est sorti dans les cinémas italiens le 11 octobre, distribué par Mariposa Cinematografica et il a été diffusé le 23 sur Sky TV Italie. Le film a été produit par Tangram Film (Roberto LeviCarolina Levi) et Sky. Les ventes internationales du film sont assurées par Upside Distribution.

(Traduit de l'anglais par Florian Etcheverry)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.