email print share on facebook share on twitter share on google+

TORONTO 2018 Special Presentations

Critique : Where Hands Touch

par 

- TORONTO 2018 : Amma Asante dénonce l'intolérance raciale de l'Allemagne nazie à travers l'histoire d'un amour interdit entre une adolescente de couleur et un membre des Jeunesses hitlériennes

Critique : Where Hands Touch
Amandla Stenberg dans Where Hands Touch

La réalisatrice, scénariste et actrice britannique Amma Asante a présenté aux Special Presentations à Toronto son quatrième long-métrage, intitulé Where Hands Touch [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
. Après A United Kingdom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : David Oyelowo
fiche film
]
, elle parle d'autres victimes de l'Allemagne nazie, moins souvent évoquées que les juifs mais également persécutées et exterminées aux fins de perpétuer la race aryenne. Ainsi, le film nous rappelle que les juifs ne sont pas le seul peuple qui a été sacrifié pendant l'Holocauste. Comme le montre Asante, tous les Allemands de cette époque qui étaient nés avec la peau noire ou sombre ont été davantage épargnés pendant les premières années de l'ascension du nazisme, mais ils ont fini par être déportés dans les mêmes camps de concentration ou d'extermination. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Where Hands Touch, qui se passe en Allemagne en 1944, est un récit d'apprentissage dont l'héroïne est une adolescente qui vit dans la terreur à cause de la couleur de sa peau. Leyna (Amandla Stenberg) est allemande, née d'une mère caucasienne (Abbie Cornish) et d'un combattant étranger, apparemment noir, qu'elle n'a jamais connu. Son cauchemar commence quand elle déménage avec sa mère et son petit frère dans le village où vivent des parents. Là, à Rüdesheim am Rhein, elle fait pour la première fois l'expérience de ce qu'est le racisme. Tout le monde l'appelle "la bâtarde" : ses camarades de classe, son enseignante, même son oncle et sa tante, et bien sûr les patrouilles SS.

Paradoxalement, la seule personne qui traite Leyna comme son égale est un membre des Jeunesses hitlériennes qui tombe amoureux d'elle. Bien qu'il soit le fils d'un officier SS, le jeune Lutz (George MacKay) ne partage pas les idéaux de son père. Après leur première rencontre, par hasard, Leyna et Lutz commencent à se voir en secret, ce qui va mettre leurs vies gravement en danger. 

Le scénario du film a été écrit entièrement en anglais et ce n'est pas son seul point commun avec le film culte Le Pianiste de Roman Polanski. Au-delà de la dénonciation de l'intolérance raciale des nazis, Where Hands Touch est une émouvante histoire de survie sur une adolescence perdue qui va s'émanciper comme femme et apprendre à se défendre elle-même, après avoir perdu sa famille et tout ce qu'elle aimait.

Where Hands Touch a été produit par Tantrum Films (Royaume-Uni) et Umedia (Belgique), avec la collaboration des sociétés britanniques Isle of Man Film LtdPinewood Studios, Head Gear Films, Metrol Technology, BFI et British Film Company. Les ventes internationales du film sont assurées par Protagonist Pictures.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.