email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2018 Zabaltegi-Tabakalera

Critique : Teatro de guerra

par 

- SAN SEBASTIAN 2018 : Ce premier long-métrage par l'artiste argentine Lola Arias est un essai pluridisciplinaire qui ridiculise la Guerre des Malouines en la présentant comme une comédie absurde

Critique : Teatro de guerra

Après être sorti dans la section Forum de la Berlinale, Teatro de guerra [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, le premier film de l'artiste argentine polyvalente Lola Arias a été sélectionné dans la compétition Zabaltegi-Tabakalera du Festival de San Sebastian. Le premier film de l'actrice, artiste de performance, dramaturge, écrivaine et curatrice révèle la dimension pluridisciplinaire de ses dons pour la création. Arias a débuté dans le monde du cinéma avec un film qui établit un dialogue entre les connaissances et disciplines artistiques que la néo-réalisatrice connaît le mieux : la performance, le théâtre et les arts plastiques du XXIe siècle. Cependant, Teatro de guerra ne fait pas qu'explorer les croisements entre ces disciplines : ce long-métrage enquête également sur les limites et confluences existant dans le champ du cinéma, comme, par exemple, avec le cinéma de genre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Teatro de guerra est une enquête sous forme de documentaire sur la Guerre des Malouines trente-cinq ans après les faits, qui intègre d'autres éléments de l'ordre de la comédie absurde. Le film est interprété par six vétérans de la guerre : trois du côté argentin et trois autres du côté britannique. Au début, le spectateur croit se trouver face à un documentaire plus académique, construit à partir d'entretiens d'anciens soldats, mais il découvre ensuite que Teatro de guerra se situe loin des conventions académiques. 

Dans cette première partie du documentaire, on entend la voix d'Arias tandis qu'elle interroge de manière très précise les ex-combattants – sur la profession qu'ils exercent à présent, s'ils souffrent de stress post-traumatique. Elle leur demande aussi de décrire certains épisodes qu'ils ont vécus sur le front. Plus tard, elle leur propose de réinterpréter de manière théâtrale lesdits moments, avec les soldats de l'autre bord, anticipant déjà sur l'atmosphère absurde et macabre, très proche de celle de L'Acte de tuer [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, que le documentaire va épouser pleinement par la suite.

Le film ne cache pas l'opinion négative de la réalisatrice sur le conflit survenu en 1982, ni son mépris, en général, sur tout autres conflit militaire. Teatro de guerra est une révision et une réinterprétation de la mémoire historique de deux pays ennemis sous forme d'essai ridiculisant la guerre et le patriotisme existant des deux côtés. Arias utilise aussi du matériel tiré d'archives cinématographiques et photographiques sur la Guerre des Malouines en guise de contrepoint, trouvant un équilibre entre les épisodes plus comiques et le drame lui-même. 

Teatro de guerra est une coproduction entre les sociétés argentines Gema Films et Sake Argentina, avec la société espagnole BWP S.L. et la maison allemande Sutor Kolonko Filmproduktion. Les ventes internationales du film sont gérées par l'agence française Luz Verde Films.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.