email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PINGYAO 2018

Critique : Hotel Império

par 

- Ivo Ferreira propose un thriller en forme d'odyssée nocturne dans les bas-fonds de Macao, où l'identité portugaise disparaît pour laisser place à une gentrification croissante

Critique : Hotel Império
Margarida Vila-Nova et Tiago Aldeia dans Hotel Império

La deuxième édition du Pingyao Crouching Tiger Hidden Dragon International Film Festival (PYIFF), fondé par Jia Zhangke et Marco Müller en 2017, a accueilli l'avant-première mondiale de Hotel Império [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Ivo M. Ferreira
fiche film
]
, le quatrième long-métrage du Portugais Ivo Ferreira (Lettres de la guerre [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Ivo M. Ferreira
fiche film
]
, Águas mil). Ce nouveau film, produit par O Som e a Fúria avec des partenaires à Hong Kong, à Macao et au Liban, a été dévoilé dans le cadre de la compétition Crouching Tiger de l'événement, organisé dans la province chinoise de Shanxi, après avoir été présenté à l'industrie et aux médias à l'état de projet en cours à la deuxième édition du Festival international du film et des Prix de Macao.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Hotel Império, entièrement filmé à Macao entre février et mars 2017, pose un regard critique sur le passé colonial du Portugal et le phénomène actuel de gentrification à Macao, à adoptant l'allure d'un film néo-noir sur les secrets d'une famille portugaise installée dans la métropole chinoise depuis un demi-siècle. Margarida Vila-Nova (Lettres de la guerre, Mystères de Lisbonne [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) y joue le rôle de Maria, une portugaise née à Macao qui s'occupe d'un vieil hôtel, créé par son père (Cândido Ferreira) assisté par sa mère, une Chinoise dont l'existence et la disparition vont déclencher la tragédie. 

L'Hôtel Império, luxueux dans sa grande époque, est à présent un motel pour les prostituées, les sans-abris et les vieux chanteurs d'opéra chinois au chômage, implanté dans une zone stratégique pour la spéculation immobilière dans la ville. Le fait que les clients ne paient pas n'est pas le seul problème auquel font face Maria et son vieux père. Leurs chefs reçoivent tous les jours des offres d'achat de l'hôtel, d'abord bienveillantes, puis de plus en plus menaçantes. L'homme derrière l'offre est l'ancien fiancé de Maria, interprété par l'acteur portugais Tiago Aldeia (Lettres de la guerre). Cependant, le vrai cerveau de l'opération, venu à Macao dans le seul dessein de détruire l'hôtel et cette famille, est un vieil acheteur mystérieux et riche nommé Chu (Rhydian Vaughan).

Hotel Império est une odyssée nocturne dans les bas-fonds de Macao dont la trame, riche en suspense, en exotisme asiatique et en néons (un univers impeccablement photographié par Susana Gomes, déjà chef-opératrice des films précédents de Ferreira) n'est pas sans rappeler l'hommage au cinéma noir de série B que constitue le récent Only God Forgives [+lire aussi :
critique
bande-annonce
making of
interview : Nicolas Winding Refn
fiche film
]
de Nicolas Winding Refn. Le thriller d'Ivo Ferreira s'approprie les codes du cinéma de genre pour décrire un processus de destruction et la reconstruction incessante et évoquer la disparition de l'identité portugaise dans cette ancienne colonie, où le réalisateur a vécu pendant de longues années.

Hotel Império a été produit par O Som e a Fúria, Inner Harbour Films (Macao), Titan Films Entertainment (Hong Kong) et Schortcut Films (Liban). O Som e a Fúria se charge également des ventes internationales du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy