email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SEMINCI 2018

Critique : Comandante Arian

par 

- L'Espagnole Alba Sotorra s'immerge dans la guerre syrienne en suivant de très près une des femmes qui luttent pour un avenir digne et l'égalité des sexes dans ce contexte tumultueux

Critique : Comandante Arian

Alba Sotorra, réalisatrice du documentaire Game Over [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
(qui lui a valu le Prix Gaudí après la présentation du film à Karlovy Vary 2015) a présenté dans la section Le temps de l'Histoire de la 63e Seminci-Semaine internationale du cinéma de Valladolid) son nouveau film, le bouleversant Comandante Arian [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, une histoire de femmes, de guerre et de liberté, coproduite comme son film précédent par l'Espagne et l'Allemagne, où elle déplace ses préoccupations sociales et anthropologiques sur le théâtre extrême et violent du conflit syrien.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Armée de sa caméra, Sotorra accompagne à deux moments distincts, séparés par plusieurs mois, la femme-soldat du titre, Arian, 30 ans, qui lutte contre l'EI en menant une troupe de la YPJ (Unité de défense des femmes, créée en 2013). Pendant la première période, on la voit participer comme soldat parmi les autres aux manœuvres militaires. Dans la deuxième partie du film, le spectateur accompagne l'héroïne, blessée par balle, tout au long de sa convalescence au sein d'un centre sanitaire pour femmes-soldats. L'intimité de l'approche atteint un tel niveau que les soins, les repas et les dialogues entre les patientes sont d'un naturel à couper le souffle. Arian se languit de ses compagnes qui se battent sur le front, de son combat et surtout des moments de libération.

Le film est tourné dans un style dépourvu d'artifices, sans autre son que ceux des voix, des coups de feux et des explosions, et on est surpris par la proximité qu'a pu établir la réalisatrice non seulement par rapport à son personnage central, mais aussi sur le champ de bataille qui ne respecte personne, qu'on soit un enfant, un soldat ou une femme cinéaste. À travers ce dispositif, la réalisatrice exprime un propos pacifiste et féministe, tout en montrant un aspect moins connu du conflit : l'action de ces femmes qui ont tant de raisons de se battre, à commencer par les droits de leur sexe, leur indépendance, la liberté, et un avenir meilleur pous les femmes de leur pays. Le documentaire est aussi un portrait de toutes ces guerrières, protectrices, combattantes, d'une force telle qu'elles ne peuvent se rendre.

Comandante Arian a été coproduit par Alba Sotorra S.L. (Espagne) en collaboration avec Boekamp&Kriegsheim (Allemagne), avec la participation de TVE, TV3 et Movistar +, et le soutien de l'ICEC ainsi que du programme MEDIA-Europe créative. Le documentaire a fait son avant-première internationale à Hot Docs 2018, après quoi il a été projeté à Sheeld Doc Fest (comme candidat au Prix Tim Hetherington), Shanghaï, São Paulo et le Festival de Duhok en Irak. Le film jouera également à NYC DOC, aux États-Unis, et au Parlament européen, accompagné d'Arian, le 7 novembre. En Espagne, il sortira deux jours plus tard, distribué par 39 Escalones Films. Les ventes internationales du film sont gérées par l'agence britannique Dogwoof Pictures.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy