email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SEMINCI 2018

Critique : Tu hijo

par 

- Dans le nouveau film de Miguel Angel Vivas, présenté en ouverture de la 63e Seminci de Valladolid, José Coronado s'enfonce dans les ténèbres de du monde juvénile

Critique : Tu hijo
José Coronado dans Tu hijo

La 63e Seminci (Semana Internacional de Cine de Valladolid) s'est ouverte samedi 20 octobre avec l'avant-première du cinquième long-métrage du Sévillan Miguel Angel Vivas (Kidnapped [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), Tu hijo [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un intense drame familial aux atmosphères de thriller interprété par un superbe José Coronado, secondé par Pol Monen (Amar [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Esteban Crespo
fiche film
]
), Ana Wagener (El reino [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Rodrigo Sorogoyen
interview : Rodrigo Sorogoyen, Isabel …
fiche film
]
), Asia Ortega et Ester Espósito.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

C'est précisément à Séville que se passe l'action du film, scénarisé par Vivas avec Alberto Marini (après leur collaboration sur Extinction). Le personnage central est un chirurgien de grand renom, le Docteur Jaime Jiménez, pour qui sauver des vies fait partie de son métier. Toute la stabilité de son univers est bousculée quand son fils de 17 ans se retrouve dans un coma profond, après s'être fait sauvagement rouer de coups une nuit, au sortir d'une discothèque à la mode. Le médecin, plein de rage et de douleur, incapable de libérer ses émotions, se met alors à enquêter auprès des amis de son fils, dans cet univers nocturne espagnol, pour retrouver les coupables de cette brutale agression.

Cette descente dans les cloaques de la nuit sévillane – avec ses bouges remplis de bruit, de sueur et d'énergie, photographiés dans un style qui rappelle Taxi Driver, ou le plus récent Drive de Nicolas Winding Refn, et répond au visage défait par l'inquiétude sur lequel Vivas fait reposer la force de cette odyssée – pourrait s'apparenter à des films de vengeance comme À vif de Neil Jordan ou à des titres hollywoodiens interprétés par un autre Irlandais, Liam Neeson, mais elle dérive vers des eaux plus complexes, intéressantes et troubles – comme, déjà, dans le cauchemardesque Hardcore, réalisé par Paul Schraderen 1979.

La très éloquente image d'un homme qui se lave les mains avant d'entrer en salle d'opération sert ici à illustrer le fait que le même individu peut en arriver à des extrémités complètement opposées à travers un acte qu'il commet. Cette dualité humaine, ajoutée au tableau d'une société corrompue et immorale acculée aux abus de toutes sortes, et à un propos sur la distance toujours plus grande entre les générations et le fossé d'incommunication entre les parents et leurs enfants, font de Tu hijo le miroir dévastateur des temps égoïstes, violents et malsains que nous sommes en train de constituer comme héritage à ceux qui suivront.

Tu hijo est une coproduction entre l'Espagne et la France qui a réuni les sociétés Apache FilmsLas Películas del ApacheLa Claqueta PC et Ran Entertainment, avec la participation de Canal Sur, Netflix et Orange, et le soutien de l'ICAA ainsi que de la Junte d'Andalousie. Les ventes internationales du film sont assurées par Film Factory Entertainment. En Espagne, il sortira le 9 novembre, distribué par eOne Films Spain.

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.