email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FESTIVALS France

Belfort met en lumière les marges du monde

par 

- Le 33e festival Entrevues, événement dédié au jeune cinéma indépendant et novateur, se déroulera du 17 au 25 novembre

Belfort met en lumière les marges du monde
Para la guerra de Francisco Marise

Avant de prendre officiellement début décembre la succession de Carlo Chatrian à la direction artistique du Festival de Locarno, Lili Hinstin va dévoiler du 17 au 25 novembre le programme qu’elle a concocté pour la 33e édition du festival Entrevues de Belfort, événement dédié au jeune cinéma indépendant et novateur dont elle était la déléguée générale depuis 2013.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Au menu figure notamment une compétition internationale de huit longs métrages (premiers, seconds ou troisièmes films) qui seront départagés par un jury incluant le réalisateur français Thierry de Peretti. Parmi les titres en lice pointe une seule coproduction européenne : Para la guerra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Francisco Marise. A la frontière entre fiction et documentaire, ce film découvert à San Sebastian (dans la section New Directors) et associant Espagne, Argentine, Portugal et Panama, a été co-scénarisé et coproduit par Javier Rebollo. Sept longs métrages de fiction lui disputeront le Grand Prix Janine Bazin 2018, dont deux titres américains (Classical Period de Ted Fendt et The World Is Full of Secrets de Graham Swon), deux japonais (Forgotten Planets de Takayuki Fukata et The Kamagasaki Cauldron War de Leo Sato), un coréen du Sud (Winter's Night de Jang Woo-jin), un iranien (Reza d’Alireza Motamedi) et un brésilien (Temporada d’André Novais Oliveira). Autant d’œuvres qui explorent les marges du monde contemporain : les déclassés japonais, la périphérie parisienne et se bidonvilles, les combattants oubliés des guerres idéologiques (vieux Cubains ou jeunes Ukrainiens), les paysans de l’ancien monde, la jeunesse des illusions perdues, les fantômes de l’Histoire ou de la fiction, les amoureux transis, fanés ou trahis…

Du côté des long métrages français sont en vitrine l’attraction vénitienne Bêtes Blondes [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Maxime Matray et Alexia Wa…
fiche film
]
du duo Alexia Walther - Maxime Matray, L’Amour Debout [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Michaël Dacheux, Daniel fait face [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Marine Atlan, Seuls les pirates [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Gaël Lepingle, De cendres et de braises de Manon Ott, A Lua Platz de Jérémy Gravayat et Ma Belle Jeunesse d’Aliona Zagurovska.

Au rayon des avant-premières et séances spéciales se distinguent "Peu m'importe si l'histoire nous considère comme des barbares" [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Roumain Radu Jude (vainqueur à Karlovy Vary et candidat de son pays à l’Oscar 2019 du meilleur film en langue étrangère), Diamantino [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gabriel Abrantes, Daniel S…
fiche film
]
du duo luso-américain Gabriel Abrantes - Daniel Schmidt (Grand Prix de la Semaine de la Critique cannoise), C’est ça l’amour [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Claire Burger
fiche film
]
de la Française Claire Burger (couronné aux Giornate degli autori, à Venise), Un violent désir de bonheur [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de son compatriote Clément Schneider (dévoilé sur la Croisette, dans la sélection de l’ACID), le compétiteur vénitien Nuestro tiempo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Carlos Reygadas
fiche film
]
du Mexicain Carlos Reygadas et le documentaire Almost Nothing [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Anna de Manincor
fiche film
]
d’Anna de Manincor.

La section de La Fabbrica permettra de découvrir ou de revoir, en leur présence, les premiers films des cinéastes français Alain Guiraudie, Patricia Mazuy, les frères Arnaud et Jean-Marie Larrieu, Marie-Claude Treilhou, Laurent Achard, Jacques Nolot et Yolande Zauberman.

A signaler aussi un programme "Oppressions : la représentation des Noirs dans le cinéma de genre", une "Petite histoire subjective de l’animation" (Michael Dudok de Wit, Bill Plympton, Michel Ocelot, Jan Svankmajer, Sébastien Laudenbach, Florence Miailhe et Anca Damian ayant choisi un film représentant pour eux un jalon dans l’histoire du genre), un zoom sur les seconds rôles au cinéma, ou encore un hommage au regretté André S. Labarthe.

Enfin, cinq longs métrages en fin de montage image seront présentés aux professionnels dans le cadre de l'aide à la post-production Films en cours qui en est à sa 10e édition. Parmi eux figurent About Love & Crash de Lucille Chauffour, Il n’y aura plus de nuit d’Éléonore Weber, Sankara n’est pas mort [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Lucie Viver, Les conductos du Colombien Camilo Restrepo et The Murders of Oiso du Japonais Takuya Misawa.

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.