email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SUNDANCE 2019 Midnight

Critique : The Hole in the Ground

par 

- Dans son premier long-métrage, Lee Cronin évoque l'amour d'une mère pour son fils sur le ton du film d'horreur contemporain

Critique : The Hole in the Ground
James Quinn Markey et Seána Kerslake dans The Hole in the Ground

Le film d'horreur irlandais The Hole in the Ground [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
est arrivé dans la section Midnight de Sundance accompagné du genre de bouche-à-oreille qu'on réserve d'habitude aux réalisateurs établis, et non aux débutants comme Lee Cronin. L'anticipation peut être en partie attribué au fait que le court-métrage de Cronin Ghost Train (2016) est devenu un film culte parmi les fans du genre – de sorte qu'avant même le début de l'événement de Park City, le premier long-métrage de l'Irlandais faisait l'objet d'achats partout dans le monde, par de grands distributeurs. Le bouche-à-oreille selon lequel The Hole... serait le nouveau Hérédité s'explique facilement : c'est un film d'horreur avec un personnage central féminin fort (qui est également mère) et une conclusion psychologique vague qui fait qu'on s'interroge sur tout ce qu'on a vu avant, mais malgré son dénouement flou, The Hole in the Ground est globalement un film trop conventionnel pour faire justifier les attentes. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

La performance de Seána Kerslake dans le rôle de Sarah, une jeune mère qui cherche à échapper à la fin de sa relation sentimentale, va sans doute mettre l'actrice de A Date for Mad Mary [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
en haut des listes des directeurs de casting. C'est vraiment le parcours de Sarah qui porte le film, surtout que tout ce qui s'y passe pourrait bien être le produit de son imagination, une manifestation du traumatisme qui suit la fin d'une relation importante. Dès le départ, on s'interroge sur la santé mentale de ce personnage qui décide que c'est une bonne idée d'aller s'installer dans une cabane en forêt avec son fils Chris (James Quinn Markey), qui est déjà d'un âge suffisant pour demander à sa mère pourquoi papa ne vient pas et l'accuser de mentir quand elle dit que leur relation de couple est "compliquée". Cronin ne perd pas de temps et en vient vite au vif du sujet : en chemin, la voiture fait soudain une embardée et le spectateur fait connaissance, en un éclair, avec la nouvelle voisine de Sarah, Noreen Brady (jouée par Kati Outinen, une régulière des films d'Aki Kaurismäki).

À partir du moment où Chris repère un trou, énorme et inexplicable, dans le sol, sa relation avec sa mère est de plus en plus fracturée. Ce film est une histoire de divorce où le réalisateur rend hommage à tellement de classiques de l'horreur qu'il en oublie de créer le sien. Une des réussites du film, cependant, est la manière dont il passe de moments où l'on sursaute au drame psychologique, mettant le spectateur au défi de s'aligner sur l'état mental fragile du personnage, comme Lars von Trier dans Antichrist [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lars von Trier
fiche film
]
. Le titre renvoie à celui d'une chanson de Bernard Cribbins qui parle de séparation de classe et dit que quiconque veut avancer dans la vie doit enterrer ses démons, mais le film est moins tranché que la chanson – l'immense petit rôle que joue ici James Cosmo suggère que quelque chose de plus vaste et de plus sociétal intervient peut-être ici. Quoiqu'il en soit, Cronin n'arrive pas vraiment à combler les trous du scénario pour offrir au spectateur une expérience d'ensemble satisfaisante.

The Hole in the Ground est une production entre l'Irlande, le Royaume-Uni et la Belgique qui a réuni les efforts de Savage Productions en association avec l'IFB-Irish Film Board, Bankside Films, Head Gear Films, Metrol Technology et la Broadcasting Authority of Ireland, en coproduction avec Wrong Men (Belgique). Bankside Films s'occupe aussi des ventes internationales du film.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.