email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SUNDANCE 2019 Compétition World Cinema Dramatic

Critique : The Last Tree

par 

- Ce récit semi-autobiographique par Shola Amoo décrit l'entrée dans l'âge adulte d'un jeune homme noir en Grande-Bretagne aujourd'hui

Critique : The Last Tree
Sam Adewunmi dans The Last Tree

The Last Tree [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Shola Amoo
fiche film
]
, projeté dans le cadre de la Compétition World Cinema Dramatic de Sundance, est un récit semi-autobiographique qui explore des questions de race, de famille et d'identité dans la Grande-Bretagne d'aujourd'hui, et adopte pour ce faire un ton saisissant, plaintif. Ce film a été écrit et réalisé par Shola Amoo, qui s'est fait remarquer en 2016 avec son film de fiction multimédia A Moving Image, qui recourait au documentaire, à la fiction et à l'art performance pour parler de la gentrification à Brixton, au sud de Londres, un quartier dont les minorités ethniques et la classe ouvrière ont été en grande partie chassés par la hausse des prix.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le deuxième long-métrage d'Amoo est raconté dans un style plus traditionnel. Il commence par nous présenter le jeune Femi (Tai Golding) tandis qu'il court à travers les champs avec ses amis blancs à Lincolnshire – une scène qui rappelle le moment joyeux de Ratcatcher de Lynne Ramsay, quand le héros courait dans les champs pour marquer ce qui était probablement le plus heureux moment de sa vie. La photographie de Stil Williams, fidèle collaborateur d'Amoo, met l'accent sur la poésie des choses, un changement qu'on accueille avec plaisir compte-tenu du réalisme grinçant avec lequel la plupart des réalisateurs tendent à aborder l'expérience urbaine des noirs dernièrement. Il y a même ici un hommage au plan avec dolly qui est la signature de Spike Lee.

Femi, 11 ans, vit avec sa mère adoptive blanche Mary (jouée par une attachante Denise Black), et bien qu'il soit le seul visage noir du quartier et conséquemment intrigue les gens du coin, c'est un environnement où il se sent en sécurité. La perspective de Femi change quand on lui ordonne d'aller vivre avec sa mère biologique Yinka (Gbemisola Ikumelo), au sud de Londres. Sa manière de l'élever est bien plus matriarcale et autoritaire et à l'école, malgré la mixité raciale,  l'héritage africain de Femi le distingue des autres. Ainsi, où qu'il soit, le jeune garçon ne se sent pas à sa place. C'est un poids qu'il continue de porter quand le film fait un saut dans le temps et qu'on retrouve Femi à 16 ans (Sam Adewunmi). Il rejette sa mère, mais il n'arrive pas non plus à trouver du réconfort dans le groupe d'amis vers lequel on le pousse. 

Femi est une âme sensible en pleine crise d'identité. Il écoute The Cure dans ses écouteurs, tout en parlant avec ses camarades de sa passion pour Tupac et le hip-hop, ce qui en dit long sur le conflit interne de Femi. Il est naturellement attiré par les autres "outsiders", et tombe amoureux d'une fille, Tope (Ruthxjiah Bellenea), qui a elle-même des problèmes de race, d'identité et de mauvais traitements par ses camarades à l'école, mais qui semble arriver mieux que Femi à les affronter. Malgré sa nature douce, notre jeune héros va être poussé vers la violence. Amoo nous offre tout de même une lueur d'espoir sous la forme d'un enseignant, Monsieur Williams (joué par un excellent Nicholas Pinnock), qui comprend la pression que ressent Femi. 

Le film surprend constamment, prend régulièrement des directions inattendues et offre une réinterprétation psychologique nouvelle des clichés usés sur les adolescents noirs au cinéma. Le détour par le Lagos qu'on fait en fin de film, poignant, ajoute une strate émotionnelle à l'héritage de Femi. Bien qu'Amoo ne fasse pas toujours mouche, son film est complexe et soutenu par une enquête en profondeur qui manque souvent dans ce genre d'histoire d'adolescents en crise, et c'est tout à son honneur. 

The Last Tree, un film BFI et GPM, a été produit par Prodigal (Royaume-Uni) en association avec Hartley Media Limited et Privateer Pictures. Les ventes internationales du film sont gérées par Green Point Media.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.