email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLIN 2019 Panorama

Critique : Searching Eva

par 

- BERLIN 2019 : Quiconque souhaite entrer dans le monde d'Eva Collé, performeuse, personnalité du web et héroïne du film de Pia Hellenthal, ferait mieux d'attacher sa ceinture et d'inspirer profondément

Critique : Searching Eva
Eva Collé dans Searching Eva

L’expression "ce film ne s’adresse pas à tous les publics" est un genre d’euphémisme généralement utilisé par un critique de cinéma lorsqu’il souhaite atténuer ses propos, et ne veut paraitre ni trop dur ni trop cruel envers une œuvre d’art dont la qualité est jugée contestable. En revanche, cette expression décrit parfaitement et précisément le premier long-métrage de Pia Hellenthal qui, pour la majeure partie du film, nous donne l’impression de parcourir le journal intime d’une autre personne. Les meilleurs passages du film nous replongent dans Touch Me Not [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Adina Pintilie
fiche film
]
, le film vainqueur de l’Ours d’Or de l’année dernière. Toutefois, à la différence de Touch Me NotSearching Eva [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Pia Hellenthal, Eva Collé
fiche film
]
, projeté dans la section Panorama du 69Festival de Berlin, ne met pas le spectateur dans une situation inconfortable de voyeur, tout simplement car le réalisateur et le personnage principal n’ont rien à cacher. Ils ont même réussi à faire un film montrant clairement ce qui arrive si on décide de lever les frontières de l’intime et de s’exposer autant que possible aux yeux du monde entier.

Eva Collé, la vingtaine, est mannequin, artiste, adepte des réseaux sociaux et une sorte de projet artistique vivant. À travers l’écriture et des discussions sur des thèmes généralement considérés comme intimes ou embarrassants, ou en s’affichant dans des scènes, situations et poses qui provoqueraient une crise d’apoplexie à n’importe quel styliste, elle médite pour trouver sa véritable nature. Le corps humain est un sujet qui éveille chez elle un intérêt particulier, tout comme les divisions et étiquettes sociales. Se classer dans des catégories telles que "femme", "bisexuelle" et "travailleuse du sexe" s'avère trop restrictif pour Eva : elle veut pouvoir soit se débarrasser de ces étiquettes une bonne fois pour toutes, soit les redéfinir. Le film réunit sa voix off, des commentaires d’anonymes qui la suivent sur les réseaux sociaux (où l'on retrouve le mélange habituel d’admiration, de haine et de sympathie), des images des sorties d'Eva dans des clubs et autres lieux de Berlin (une ville d’ailleurs en parfaite harmonie avec le personnage et sa vie trépidante), et des conversations (montrées dans leur intégralité) avec ses amies, sa mère et de potentiels colocataires. Ce film tient plus de l’essai ou du journal intime visuel que du documentaire, et pourra servir d'avertissement pour certains, d'encouragement pour d’autres.

À l’instar de Touch Me Not, Searching Eva, est, pour sûr, un film qui interpelle le spectateur sur ses limites personnelles, ses préjugés et ses goûts. Cependant, la question qui nous brûle ici ne concerne pas la forme, mais le fond du film : le personnage d’Eva que nous voyons à l’écran est-il réel ou juste un objet artistique vivant ? À moins qu'Eva ne soit et une personne réelle, et l’objet artistique qu’elle a créé, auquel cas la question devient superflue... À dire vrai, c’est au "public" d'en juger.

Searching Eva a été produit par Corso Film- und Fernsehproduktion en coproduction avec Erik Wunker et Martin Roelly. La direction artistique a été confiée à Giorgia Malatrasi et à Daniela Dieterich. Les ventes internationales du film sont assurées par la société canadienne Syndicado.

(Traduit de l'anglais par Delphine Tomlins)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.