email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

BERLIN 2019 Forum

Critique : Heimat Is a Space in Time

par 

- BERLIN 2019 : Ce documentaire de Thomas Heise raccorde des matériels très divers pour explorer la manière dont les destins humains et l'Histoire elle-même se répondent

Critique : Heimat Is a Space in Time

Une dissertation scolaire sur la guerre, des images d'une autoroute défoncée, des lettres d'amour lues à voix haute, des camps de travail, des dessins d'enfants et des photographies : voilà de quoi se compose le nouveau film de l'Allemand Thomas Heise, Heimat Is a Space in Time [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, un collage de documents provenant des archives personnelles du réalisateur, de photos en noir et blanc de paysages et de certains des endroits auxquels elles se réfèrent. Ce documentaire, qui a fait son avant-première mondiale dans la section Forum du 69e Festival de Berlin, assemble soigneusement l'histoire de trois générations de la famille du réalisateur, qui reflète aussi plus de cent ans d'Histoire allemande.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Dans son exploration de la manière dont les biographies et l'Histoire sont reliées, Heimat s'appuie avant tout sur des photographies, des lettres et des extraits de journaux intimes lus en voix off par Heise lui-même. Ces documents, montrés dans l'ordre chronologique, ne sont jamais commentés directement par cette voix. Cependant, un lueur de contexte émerge à travers leur accumulation, l'ordre dans lequel tout cela est montré et les déplacements du film dans certains endroits qui sont évoqués par ces documents. Le spectateur, naturellement porté à remplir les espaces blancs, se met ainsi à s'interroger sur les liens manquants, à s'imaginer la suite des histoires d'amour racontées et à identifier sur les photographies les auteurs des textes qu'on entend. 

La mention d'événements ordinaires s'enchevêtrent de manière fluide avec des détails sur des faits historiques significatifs. La correspondance présentée dans le film couvre plus de cent ans : elle commence avant la Première Guerre mondiale, se poursuit pendant la période nazie, décrit la vie en Allemagne l'Est et nous amène quasiment jusqu'à ce jour. Les lettres parlent de premiers amours, de séparation, de déportation, des enfants qui grandissent. En mettant ensemble ces informations, on apprend que le grand-père de Heise, Wilhelm, a épousé la sculptrice viennoise juive Edith Hirschhorn, qui l'a rejoint à Berlin tandis que ses parents, qui ne souhaitaient pas quitter l'Autriche, sont restés et se sont retrouvés déportés en 1942. On apprend que le père du réalisateur, Wolfgang, a quant à lui été emmené dans le camp de travail de Zerbst, que sa mère Rosemarie a grandi dans la ville décimée de Dresde, que Heise lui-même est né à Berlin-Est.

Le film rattache de manière lâche ces documents extraits de ses archives personnelles à des photographies en noir et blanc qui montrent les endroits mentionnés tels qu'ils sont aujourd'hui. On voit le quai de la gare berlinoise Ostkreuz, le camp de travail de Zerbst, les marches conduisant à la station de métro Schönhauser Allee. Vienne n'est montrée qu'à travers des promenades en tramway : de l'intérieur du véhicule, la ville apparaît par la fenêtre, entre les gouttes de pluie sur le vitre. Heimat nous montre aussi les ombres projetées par les moulins sur les arbres, les piles de terre et de branches (peut-être une représentation visuelle de la tentative du réalisateur de cerner sa propre histoire à partir de ses restes matériels) et toutes sortes de chemins contrariés : l'asphalte brisé d'une route, des rails qui se séparent puis se retrouvent, comme les gens dans les missives qu'on voit et qu'on entend. 

Heimat Is a Space in Time est un film monumental par sa construction, l'éventail des thèmes qu'il évoque et sa durée (qui est de près de quatre heures), qui évite admirablement de présenter l'Histoire comme un récit clos, mais invite le public à réfléchir sur ce qui amené les événements à se succéder les uns aux autres.

Ce film a été produit par Ma.ja.de. Filmproduktion (Allemagne) et Navigator Film (Autriche). Ses ventes internationales sont assurées par Deckert Distribution.

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.