email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FINANCEMENTS Luxembourg

Le Fonds cinéma du Luxembourg soutient 13 nouveaux projets audiovisuels

par 

- L'agence luxembourgeoise pour le cinéma a accordé en tout 6,6M € d'aides financières à différents projets : documentaires, fictions et films d'animation

Le Fonds cinéma du Luxembourg soutient 13 nouveaux projets audiovisuels
Le réalisateur Arne Toonen, dont le projet Playboy Priest a été retenu (© Gema Perez/Go Short Film Fest)

Au terme de la réunion de son comité de sélection, fin février, le Fonds cinéma du Luxembourg a annoncé les bénéficiaires de son dernier lot d'aides, qui représente en tout 6 672 030 euros pour le développement et la production des projets choisis. Le comité a évalué en tout 25 candidatures qui demandaient plus de 19,5 millions d'euros.

Les bourses d'aide au développement ont été remises à quatre longs-métrages: Shock the Monkey  de Blies Brothers (60 000 euros), qui est un film d'animation en réalité virtuelle a_BAHN ; le documentaire On the Edge of Tourism de Chris Poulles (120 000 euros), écrit par Jacques Schmitz et produit par Amour Fou Luxembourg ; le premier long-métrage de Jeff Desom, Es sieth dich (20 000 euros pour la société de production Samsa Film) ; la fiction Hooped de Adolf El Assal et Dennis Foon (20 000 euros), produite par Wady Films.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

6 452 030 euros ont été destinés à contribuer à la production de neuf projets : six longs-métrages, deux courts-métrages et une série d'animation. Les courts-métrages retenus sont Faleminderit de Nicolas Neuhold (129 949 euros), produit par Calach Films, et Lupus de Laurent Prim (130 000 euros), produit par Skill Lab. La seule série TV animée à avoir passé la sélection est Nächst Statioun Staffel 1 de Sarah Sutter et Frédéric Wedeux (1 125 000 euros), produite par Zeilt Productions et scénarisée par une équipe comprenant Laurent Witz, Hervé Benedetti, Nicolas Robin, Cyril Bossmann, Pascal Stervinou, Fanny Meeschaert et Chérif Saïs.

Au niveau des financements longs-métrages, la somme la plus forte a été accordée à Playboy Priest d'Arne Toonen (1 200 000 euros), produit par Samsa Film, Ciné Cri De Coeur (Belgique), Rinkel Film (Pays-Bas) et Hazazah Pictures (Pays-Bas). L'histoire,  composée par Thomas van der Ree (connu pour avoir contribué au scénario du film qui représentait les Pays-Bas dans la course aux nominations pour les derniers Oscars en date; The Resistance Banker [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), Joost Reijmers, Michel Sluysmans et Jan Eilander, se passe dans les années 1970 et tourne autour de Joep Haffmans, un prêtre né à Venray dont la vie se partage entre la messe du dimanche, un bordel et un bar. Les deux autres titres de fiction soutenus sont : le film pour enfants Himbeeren mit Senf de Ruth Olshan (1 142 081 euros), produit par Amour Fou Luxembourg et la société allemande ZischlermannFilmproduktion), et Enfant terrible, le quatrième film de Stephan Streker (1 050 000 euros, produit par Bac Cinema.

Enfin, deux longs-métrages documentaires ont été épaulés : Les Témoins vivants de Karolina Markiewicz (280 000 euros), produit par Paul Thiltges Distributions, et Visage(s) d’Afrique de Pol Cruchten (200 000 euros), produit par Red Lion. Le seul long-métrage d'animation qui figure parmi les bénéficiaires des aides est La Sirène de Sepideh Farsi (1 195 000 euros), un récit écrit par Djavad Djavahery qui se situe dans la capitale iranienne du pétrole, Abadan, en 1980, et qui réunit Bac Cinema, Lunanime (Belgique) et Les Films d’Ici (France).

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.