email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VISIONS DU RÉEL 2019

Critique : Kiruna - A Brand New World

par 

- Ce premier long-métrage documentaire de Greta Stocklassa pose un regard pondéré mais néanmoins émouvant sur une ville obligée de changer de lieu, conséquence de l'extraction de fer

Critique : Kiruna - A Brand New World

Le premier long métrage documentaire de la réalisatrice tchèque-suédoise Greta StocklassaKiruna - A Brand New World [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, propose un aperçu en profondeur de la ville du titre, située sur le cercle arctique, juste au-dessus de la plus grosse mine d’extraction de fer du monde. Les activités minières ont causé un écroulement de la ville, et entraîné la nécessaire localisation des habitants, qui est en cours. Le film, qui a fait son avant-première mondiale en compétition internationale à Visions du Réel, s’intéresse à la manière dont les habitants vivent ces changements.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Stocklassa se concentre sur trois personnages principaux : Timo, un enseignant, Maja, une adolescente à moitié sami, et un jeune réfugié yéménite, Abdalrahman. Timo, véritable leader dans la communauté, gère aussi le club de philosophie hebdomadaire dans un café local, où viennent surtout des gens d'âge moyen et des personnes âgées pour discuter de problèmes actuels. Maja va bientôt avoir son bac et veut devenir maquilleuse, mais elle a aussi très envie d'en découvrir plus sur son héritage sami. Quant à Abdalrahman, il se bat pour obtenir une résidence permanente en Suède.

Après que Stocklassa nous ait brièvement présenté ces personnages, on l'accompagne dans une visite de la mine, qui s’appelle Kirunavaara et qui est géré par la société LKAB. Là, on en apprend plus sur la mécanique de l’activité minière, et sur les projets de la ville et de l’entreprise de relocaliser un tiers de la ville d’ici 2033, et l’ensemble d'ici 2100. "C’est un projet gigantesque qui va durer un siècle", dit la voix off dans une vidéo promotionnelle réalisée par LKAB.

Tandis qu'on suit Timo, Maja et Abdalrahman, on découvre leur connexion émotionnelle avec Kiruna. Une scène où Timo est en train de pêcher sur la glace avec sa fille et son enfant, et où la fille dit qu’elle ne veut pas retourner à Kiruna, ce qui peine profondément son père, dépeint ses sentiments pour sa ville natale de manière bouleversante.

À travers l’intérêt de Maja pour ses origines sami, on apprend que les activités minières détruisent des forêts dont l’existence est nécessaire pour la survie des rennes, source principale de nourriture et d’habillement pour cette minorité ethnique. Les grands-parents de Maja racontent qu'ils n’avaient pas le droit de parler le langage sami Samy quand ils étaient enfants, ce qui crée un contraste puissant avec la vidéo de promotion de LKAB, qui a des envolées lyriques sur l’unité entre l'Homme et la Nature en montrant des images du peuple sami, dans leurs habits ethniques colorés.

Le film est richement structuré. Il se sert bien des différents lieux que la ville offre et mesure bien les segments dédiés à chaque aspect de l’histoire, habilement entrelacés ensemble par la monteuse Hana Dvořáčková. Stocklassa ajoute aussi une touche de suspense tôt dans le film : alors que Maja va se coucher, à 1h37 du matin, tout se met à remuer dans le noir. Bien sûr, ce sont des détonations dans la mine, mais nous ne l'apprendrons que plus tard.

Techniquement, le film est impressionnant, car il profite des nuits polaires pour nous livrer, dans sa première moitié, des images à couper le souffle, grâce au travail du directeur de la photographie Stanislav Adam. La musique d’orgue grandiose conçue par Pavel Jan reflète la nature monumentale du concept de la ville lui-même et de l’entreprise qui consiste à la déplacer, en particulier dans les scènes où on voit des maisons entières transportées par des camions.

Kiruna – A Brand New World a été produit par la société pragoise Analog Vision. Ses ventes internationales sont assurées par la société luxembourgeoise Paul Thiltges Distributions

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.