email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

LOCARNO 2019 Cinéastes du présent

Critique : L'apprendistato

par 

- Ce film du jeune réalisateur italien Davide Maldi est un touchant tableau de l'adolescence, entre ingénuité et cruauté

Critique : L'apprendistato

Davide Maldi (accompagné dans l’écriture par Micol Roubini) a présenté au Festival de Locarno, dans la section Cinéastes du présent, son second long-métrage, l’intrigant L’apprendistato [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Davide Maldi
fiche film
]
, une tranche de vie qui suit un groupe d’adolescents aux prises avec les dilemmes liés au fait de "devenir grand". Mais que signifie en réalité "devenir grand" ? Peut-être que cela signifie se soumettre à une société impitoyable ou serfs et patrons se rencontrent sans jamais vraiment se connaître ? Luca, le jeune héros de L’apprendistato, va apprendre à ses dépens à quel point ces deux groupes sociaux antithétiques sont imperméables au changement : si on est un serf, on le restera pour toujours. Cinq ans après son premier long-métrage, Frastuono, sélectionné en compétition au Festival de Turin, Davide Maldi aborde de nouveau le thème délicat de l’adolescence entendue comme un rite de passage cruel et mystérieux vers l’âge adulte.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Pour L’apprendistato, Maldi a choisi de suivre pendant un an un groupe de jeunes de l’école hôtelière Mellerio Rosmini de Domodossola. Luca, un jeune homme surprenant et intrigant qui rappelle parfois le Tazio de Mort à Venise, devient le centre et le point de croisement de tout le récit, une sorte de boussole qui nous engage à observer une réalité mystérieuse qui obéit à des règles inflexibles. Luca doit apprendre l’art de la soumission au client, s’il veut survivre à la rigueur militaire imposée par l’école. Pour plaire au patron, tout doit être minutieusement ordonné, chronométré, nettoyé avec diligence et aseptisé.

Maldi nous guide de son regard rigoureux dans ce monde hyperorganisé et nous permet d’observer des rituels mystérieux qui transforment de simples adolescents en pages parfaits. Mais quel sera le prix à payer pour Luca ? Quelle partie de sa nature intime devra-t-il sacrifier pour se ranger aux exigences des clients ?

Après l’élégance formelle de Visconti et le mysticisme prolétaire de Pasolini, L’apprendistato transforme le quotidien d’un groupe d’adolescents en un rituel partagé, dans un même dévouement total à un métier exigeant où le sacrifice est nécessaire. Luca, un garçon introverti et touchant qui a grandi dans un petit village des Alpes, doit sacrifier une partie de son âme pour atteindre un objectif, celui de terminer sa formation hôtelière, qui lui a plus été imposé par sa famille qu’il n’est son choix propre. Luca va-t-il trouver une façon de s'en débrouiller sans trahir pour toujours sa nature libre et rebelle ?

Les gestes d’abord quotidiens et spontanés de Luca se transforment progressivement, à travers la rigueur et la discipline qu’on lui enseigne, en rituels quasi liturgiques. Plier les serviettes, dérouler avec minutie une nappe et organiser avec une précision obsessionnelle les couverts et les verres sur les tables deviennent des gestes mécaniques d'une importance capitale. Maldi observe avec calme ces chorégraphies du réel qui d’ordinaires, en deviennent quasi mystiques. Ces gestes en apparence banals se chargent d’une signification profonde, écho de la transformation physique et psychologique des élèves de l'école qui, de simples adolescents, sont en train de devenir de parfaits serviteurs. Malgré la cruauté d’un monde où les erreurs ne sont pas tolérées, le réalisateur montre sans jamais juger, observe sans blesser. Son regard, rigoureux mais jamais dédaigneux, fonctionne comme une loupe tournée sur un univers inconnu (celui de l’école d’hôtellerie de Domodossola) qui nous devient petit à petit familier.

L’apprendistato est un film atemporel, à la fois impitoyable et délicat, qui nous pousse à regarder l’adolescence autrement, de manière directe mais sans jamais juger.

L’apprendistato a été produit par Invisibile Film, L’Altauro et Red House. Ses ventes à l'étranger sont assurées par Slingshot Films.

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.