email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

VENISE 2019 Orizzonti

Critique : Nevia

par 

- VENISE 2019 : Le premier film de Nunzia De Stefano, tourné dans un bidonville de la banlieue de Naples, frappe par la ténacité tranquille de sa jeune héroïne

Critique : Nevia
Virginia Apicella dans Nevia

"Comment on réchappe d’ici ?". Voici la question que pose Nevia à sa voisine Lucia (Franca Abategiovanni). Sa mère était morte, et son père étant en prison, Nevia doit vivre avec sa grand-mère dans le champ de containers de Ponticelli, dans la banlieue est de Naples. Elle va fêter ses 18 ans quelques jours plus tard, mais elle a l’air d’en avoir bien moins. Elle fait ce qu’elle peut pour réunir quelques sous, collecte les ordures au porte-à-porte pour les vieilles dames, accompagne sa petite sœur Enza (Rosy Franzese) à l’école. Sa grand-mère Nana (interprétée par la chanteuse et actrice Pietra Montecorvino avec des yeux habités, un vrai concentré de "napolitanité") loue des chambres à des prostituées et pour rembourser les dettes de son fils incarcéré, elle fait du recel de biens volés (avant tout des téléphones portables) par un petit boss du quartier, Peppe. Le fils de Peppe (Simone Borrelli), qui a 30 ans, a jeté son dévolu sur Nevia et pour la jeune fille, la cour qu'il lui fait est un véritable cauchemar.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Nevia [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Nunzia De Stefano
fiche film
]
, en lice dans la section Orizzonti de la Mostra de Venise, est le premier long-métrage de la Napolitaine Nunzia De Stefano, qui a collaboré avec Matteo Garrone sur les films Gomorra [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Domenico Procacci
interview : Jean Labadie
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
, Reality [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
, Tale of tales [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Matteo Garrone
fiche film
]
et Dogman [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Matteo Garrone
fiche film
]
. Ce film a un point de départ autobiographique, et on le remarque dans la passion dont est empreinte le film ainsi que dans l’empathie qu'on ressent pour sa jeune héroïne, interprétée par une surprenante Virginia Apicella. Nunzia De Stefano a vécu dix ans dans les containers de Marianella, à Naples, après que le violent tremblement de terre de 1980 ait forcé sa famille à s'y réfugier en attendant un logement plus adéquat. Quarante ans après ce tremblement de terre, les champs de caravanes existent encore et, dans certains cas, comme à Ponticelli, où a été tourné le film, ils se sont transformés en des petites communautés qui accueillent les marginaux venus des quatre coins du monde qui tentent de résister à la dégradation.

intègre et résolue, Nevia fait son possible pour se soustraire, avec sa sœur, aux petites affaires illicites de la grand-mère, à l’attention des adultes, et à tous ces passages obligés déjà écrits dans le destin d’une jeune femme qui vit dans un endroit où l'on devient adulte sans pouvoir jamais être une enfant avant. "Naître femme ici, c’est une vraie disgrâce" : voilà la réponse de Lucia à la question cruciale que lui pose Nevia, qui va chercher dans un cirque de passage l’occasion de fuir et de conquérir la liberté (comme si c’était une version moderne de la métaphore fellininienne). En 85 minutes, Nevia n’arrive pas à se développer suffisamment comme récit d'apprentissage, mais le film frappe pour la ténacité tranquille de son héroïne, à laquelle la caméra dédie une attention constante tandis qu’elle évolue dans des environnements décrépis, mais pleins de dignité.

Ce film a été produit par Garrone à travers sa société, Archimede, en coproduction avec Rai Cinema. Les ventes internationales de Nevia sont gérées par True Colours.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy