email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

ZURICH 2019

Le Festival de Zurich dévoile un programme varié

par 

- Pour sa 15e édition, le festival, qui se tiendra du 26 septembre au 6 octobre, privilégie l'écologie et les femmes, comme réalisatrices ou personnages principaux

Le Festival de Zurich dévoile un programme varié
Paradise War: The Story of Bruno Manser de Niklaus Hilber

Cette année, 170 films représentant 58 pays seront projetés à l’occasion du Festival du film de Zurich (26 septembre-6 octobre), 12 en première mondiale et 5 en première européenne. L'ouverture de la 15e édition de l’événement a été confiée à l’importante production suisse Bruno Manser – la voix de la forêt tropicale [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Niklaus Hilber
fiche film
]
 de Niklaus Hilber (le réalisateur d'Amateur Teens [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
, Prix du public à Zurich en 2015 et nominé dans trois catégories aux Prix du cinéma suisse). L’acteur principal, qui interprète le militant écologiste originaire de Bâle qui donne son nom au film, est la jeune star naissante du cinéma helvétique Sven Schelker.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ce n’est pas un hasard si le film d’ouverture du festival met l'accent sur des inquiétudes écologiques résolument actuelles. Il y a à vrai dire un bon nombre de films au programme cette année qui mettent en avant ce problème urgent. Parmi ceux-là, on trouve aussi Sanctuary [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 d'Alvaro Longoria, interprété et produit par Javier Bardem (qui participera aussi aux importantes sessions ZFF Masters de cette année), qui parle de la nécessaire et difficile création d'un sanctuaire océanique (Séances spéciales), Watson (Australie/Etats-Unis) de Lesley Chilcott, sur Paul Watson, le fondateur de Greenpeace (section Premières Gala), et Sea of Shadows [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
 de l’Autrichien Richard Ladkani, sélectionné dans la compétition Projecteurs sur Suisse, Allemagne, Autriche, traite du thème controversé de la chasse aux baleines.

Pour ce qui est des présences féminines, mises fièrement en avant par le Festival de Zurich, les figures importantes qui assisteront à cette 15e édition seront : Kristen Stewart, qui recevra l’important Oeil d'or pour sa carrière déjà impressionnante et participera à une des rencontres "A Conversation With" ; Cate Blanchett, qui recevra la distinction la plus importante du festival, le Prix Icône d'or (qui va ainsi pour la troisième fois consécutive dans des mains féminines) et à laquelle sera dédiée une rétrospective de douze films ; et la pétillante Julie Delpy, qui participera au symposium “Women of Impact”. La réalisatrice et actrice française sera aussi Zurich pour présenter en première européenne son nouveau film, My Zoé [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Julie Delpy
fiche film
]
(section Premières Gala).

Fidèle à sa réputation de festival glamour, Zurich n’est pas un court de stars hollywoodiennes cette année : Oliver Stone (président du jury de la compétition internationale longs-métrages), Donald Sutherland et Roland Emmerich seront, avec Javier Bardem et Julie Delpy, au centre des ZFF Masters.

Du côté de la compétition internationale, on note une forte représentation du cinéma européen, avec dix productions et coproductions sur un total de 14 films. Parmi les nombreux premiers longs-métrages en compétition, on trouve l’intrigant film d’animation J’ai perdu mon corps [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Jérémy Clapin
fiche film
]
de Jérémy Clapin (vainqueur à la Semaine de la Critique de Cannes cette année) et Lynn + Lucy [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Fyzal Boulifa
fiche film
]
, de l’Anglais d’origine marocaine Fyzal Boulifa, une histoire d’amitié qui nous amène au cœur de l’adolescence, ainsi que l'éclatant Rocks [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Sarah Gavron
fiche film
]
de sa compatriote britannique Sarah Gavron. Et puis nous danserons [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Levan Akin
interview : Levan Gelbakhiani
fiche film
]
de Levan Akin (Suède/Géorgie/France) et Un jour si blanc [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Hlynur Pálmason
fiche film
]
, de l’Islandais Hlynur Pálmason, mettent quant à eux en scène les tourments de deux personnages hors du commun. La présence scandinave sera également renforcée par l’intense Queen of Hearts [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Gustav Lindh
interview : May el-Toukhy
fiche film
]
de la Danoise May el-Toukhy. C'est aussi un portrait de femme que nous livre le Serbe Miroslav Terzić avec Stitches [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Miroslav Terzić
fiche film
]
, sur les adoptions illégales qui ont eu lieu à Belgrade dans les années 1990. Un ensemble d’histoires fascinantes et à multiples facettes pour une compétition riche en surprises.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy