email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

GENÈVE 2019

Une myriade d'invités pour la 25e édition du Geneva International Film Festival

par 

- Le festival suisse propose cette année un programme international de prestige

Une myriade d'invités pour la 25e édition du Geneva International Film Festival
J’accuse de Roman Polanski

Le Geneva International Film Festival, qui va bientôt fêter un quart de siècle d'existence, voit les choses en grand et se projette dans l'avenir avec un optimisme indéniable

Du 1er au 10 novembre, la capitale suisse va s'illuminer comme chaque année de mille feux à l'occasion du Geneva International Film Festival, un événement devenu incontournable pour les cinéphiles, l'industrie, ainsi que les simples curieux. Projets numériques, projections spéciales et rendez-vous liés au Septième Art mais aussi à la télévision vont animer l'événement, qui accueillera pour sa 25e édition des hôtes de marque du calibre de Xavier Dolan, Anne Dorval, Park Chan-wook, David Cronenberg, Clotilde Courau, Costa-Gavras ou encore Tom Fontana, Elia Suleiman, Roger Avary (scénariste de Pulp Fiction)et Rebecca Zlotowski, entre autres.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

180 oeuvres inédites ainsi que de nombreuses surprises attendront le public, qui pourra se rapprocher de nouveautés encore inconnues de bien des gens, comme le cinéma en VR et le cinéma immersif (The Deserted de Tsai Ming-liang), mais aussi de contenus plus quotidiens comme les séries TV (notamment Catch-22, produite et interprétér par George Clooney). Sont aussi prévues les avant-premières des nouveaux films de cinéastes emblématiques comme Roman Polanski (J’accuse [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
) et Edward Norton (Motherless Brooklyn).

Xavier Dolan recevra le Geneva Award et fera l'objet d'une rétrospective unique en son gens pendant laquelle il présentera son tout dernier, Ma vie avec John F. Donovan [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, et donnera une masterclasse.

L’offre numérique sera renforcée cette anéne, à travers la présentation d'une soixantaine de projets numériques et la mise en place d'un nouveau cinéma/une nouvelle salle VR (il s'agit d'un véritable cinéma à 360°).

Le programme est riche en films que les festivaliers attendent avec impatience, notamment Chanson douce de Lucie Borleteau, la fresque Le Traître [+lire aussi :
critique
bande-annonce
Q&A : Marco Bellocchio
fiche film
]
de Marco Bellocchio, The Miracle of the Sargasso Sea [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Syllas Tzoumerkas, ou encore It Must Be Heaven [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Elia Suleiman
fiche film
]
d'Elia Suleiman. Pour ce qui est des longs-métrages en compétition, plus de la moitié sont des productions ou des coproductions européennes : Koko-di Koko-da [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Johannes Nyholm
fiche film
]
de Johannes Nyholm (Suède/Danemark), Martin Eden [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Pietro Marcello
fiche film
]
de Pietro Marcello (Italie/France/Allemagne), Vif-argent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
du Français Stéphane Batut, Tlamess [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ala Eddine Slim
fiche film
]
d'Ala Eddine Slim (Tunisie/France), présenté à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes, les titres russes Une grande fille [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Kantemir Balagov (Prix de mise en scène à Cannes dans la section Un Certain Regard) et The Bull [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Boris Akopov (sélectionné au Festival de Karlovy Vary).

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.