email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT France

Les crédits d'impôts français se portent très bien

par 

- Le CNC a dévoilé son étude annuelle sur les retombées régionales des crédits d'impôts cinéma, audiovisuel et international. Un bilan très favorable pour l’activité et l’emploi

Les crédits d'impôts français se portent très bien
Virginie Efira et Paul Verhoeven sur le tournage de Benedetta

Visant à renforcer l’attractivité de la France pour les tournages de productions nationales ou internationales, les crédits d’impôt (cinéma, audiovisuel et international) génèrent d’excellents résultats depuis leur réforme début 2016 afin d’enrayer le phénomène alors massif de délocalisation des projets cinématographiques et audiovisuels provoqué par un environnement de concurrence fiscale très forte entre les différents pays d’Europe et d’ailleurs.

La réforme a permis de diviser par deux les délocalisations de tournages depuis 2015 et, selon les estimations du CNC, les dépenses dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel en France en 2019 s’élèveraient à 2,08 milliard d’euros, soit 622 millions de plus qu’en 2015.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

"Depuis la réforme des crédits d'impôts, de plus en plus de productions se tournent en France et sur beaucoup plus de territoires, avec à la clé la création de 30 000 emplois" a commenté Dominique Boutonnat, le président du CNC.

En 2015, sur les dix plus gros devis du cinéma français, plus de la moitié des films avaient renoncé au crédit d’impôt national pour se tourner à l’étranger. L’effet relocalisant de la réforme sur les plus grosses productions est spectaculaire puisqu’en 2018, les dix plus gros devis se sont tous tournés en France. Parmi les films emblématiques de cette tendance, on peut citer Benedetta de Paul Verhoeven (budget de 19,8 M€ dont 16,1 M€ dépensés en France) et Le Prince Oublié de Michel Hazanavicius (budget de 24,9 M€ dont 22,4 M€ dépensés en France).

A noter également que les dépenses de tournage en France des fictions étrangères se sont élevées à 186 M€ en 2018 et que l'activité des régions hors Ile-de-France a été multipliée par six depuis la réforme du crédit d’impôt international, portée par des œuvres comme The French Dispatch de Wes Anderson (27 M€ de dépenses en France, 19 jours de tournage en Nouvelle-Aquitaine) ou la saison 2 de Riviera (une série Sky de Neil Jordan - 27 M€ de dépenses en France, 124 jours de tournage en région Sud).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.