email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

PRODUCTION / FINANCEMENT Suisse

Simon Jaquemet dans les starting blocks avec Electric Child

par 

- Le troisième long-métrage du réalisateur suisse abordera le thème de la réalité virtuelle

Simon Jaquemet dans les starting blocks avec Electric Child
Le réalisateur Simon Jaquemet

Bien que la crise du Covid-19 ait radicalement changé la donne pour les projets de Simon Jaquemet (pas de casting ou de repérage possible, etc.), son prochain film, Electric Child, produit par la société zurichoise 8horses (dont Jaquemet fait partie), mention spéciale du Prix Eurimages au développement de la coproduction à Berlin, commence à frétiller dans son box.

Simon Jaquemet s’est fait connaître de la critique et du public avec les films encensés War [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Simon Jaquemet
fiche film
]
(2014) et The Innocent [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Simon Jaquemet
fiche film
]
(2018), qui ont tous deux été sélectionnés et primés à de nombreux festivals suisses et internationaux, notamment au Talent Project Market 2013 de Berlin, San Sebastian (New Directors), Locarno et Karlovy Vary dans le cas du premier, et à Toronto (section Platform), San Sebastian, Locarno, Thessalonique et aux Prix du cinéma suisse (meilleure actrice) dans le cas du second. Jaquemet est parvenu à s’imposer grâce un univers artistique personnel, audacieux et fascinant dans lequel gravitent des personnages complexes en lutte contre leurs démons intérieurs. Après le succès rencontré au Marché de la Coproduction 2020 de Berlin, Simon Jaquement est prêt à se lancer dans les premières étapes de la réalisation de son prochain long-métrage, Electric Child, une fable de science-fiction située dans le présent, un voyage inattendu, intense et terrifiant dont les spectateurs ne ressortiront pas indemnes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sonny et sa femme Akiko débordent de joie à la naissance de leur premier enfant. Sonny, qui travaille comme informaticien, développe un projet de haut niveau qui consiste à la création d’une forme de vie nouvelle et complexe basée sur l’intelligence artificielle. L’intelligence artificielle vit sur une île virtuelle où elle est confinée. Grâce à l’enthousiasme de l’équipe de Sonny, elle se met toutefois à développer des pouvoirs inattendus, et son développement semble inarrêtable. Quand le fils de Sonny et Akiko se retrouve atteint d’une maladie rare touchant le système nerveux, leur vie prend un tour tragique. De son côté, l’intelligence artificielle se développe toujours plus, au point que le gouvernement décide de mettre fin au projet de Sonny. La vie de son fils ne tenant plus qu’à un fil, Sonny décide d’entrer dans le simulateur pour rencontrer l'être artificiel. Il décide alors de conclure un pacte avec lui : en échange de la vie de son fils, l’intelligence artificielle pourra sortir des limites de son monde virtuel. Les conséquences seront fatales et entraîneront une série de réactions en chaîne qui transformeront le monde à jamais.

Comme l’a expliqué lui-même Jaquemet, Electric Child met en scène un jeune père confronté à deux événements cruciaux : le développement d’un projet scientifique aux conséquences planétaires et la maladie de son enfant. Ce parallèle entre l’hyper-technologie et la fragilité humaine posent des questions capitales : quelle est la différence entre la vie humaine et la vie artificielle ? Est-ce que nous sommes aussi différents que cela des êtres artificiels que nous sommes en train de créer ? Jaquemet assure que, malgré la complexité de l’histoire racontée, le film sera ecoloré et exubérant, influencé par le cinéma de genre et les mangas", le tout enrichi de son style personnel fait de "longs plans-équences et d’images fluctuantes".

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy