email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES France / Belgique

Critique : Forte

par 

- Drôle et rondement mené, le film de Katia Lewkowicz, qui devait être la grande comédie française du printemps, est désormais disponible sur Amazon Prime France

Critique : Forte
Melha Bedia et Valérie Lemercier dans Forte

Forte [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
devait être la grande comédie française du printemps, dont la sortie prévue sur plus de 300 écrans à travers le pays dès le 18 mars a dû être interrompue en raison des circonstances extraordinaires liées au Covid-19. La fermeture soudaine des salles laissait peu de choix aux producteurs : Nicolas Duval (Quad Production), en association avec la société de distribution UGC et l'agent de ventes TF1 Studio, ont finalement opté pour une sortie exclusive sur Amazon Prime Video. Une première en France, cas exceptionnel pour circonstances exceptionnelles (lire la news). Depuis sa sélection au Festival International du Film de Comédie à L’Alpe d’Huez en janvier, Forte a pu bénéficier d’une solide campagne promotionnelle sur plusieurs semaines, ayant largement nourri les attentes du grand public jusqu’à aujourd’hui. De quoi attirer les internautes sur la plateforme en grand nombre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Sa réalisatrice, Katia Lewkowicz, est une habituée du cinéma populaire et des pointures du grand écran français. Cette actrice franco-israélienne (apparue dans Prête-moi ta main [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
d'Éric Lartigau, Secret défense [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
de Philippe Haïm, et dans le film à sketches Les Infidèles [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) est passée à la réalisation en 2011 avec Pourquoi tu pleures ? [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Katia Lewkowicz
fiche film
]
arborant une brochette de stars : Benjamin Biolay, Emmanuelle Devos et Nicole Garcia. Deux ans plus tard, Lewkowicz réitère aux côtés de Marina Foïs, Noémie Lvovsky et Laura Smet avec Tiens-toi droite [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
qui illustre le sentiment de culpabilité que certaines femmes s’infligent au quotidien. Si cette comédie sociale dénonçant le sexisme ordinaire ne rencontre alors pas vraiment son public, elle impose la voix de Katia Lewkowicz, membre du Collectif 50/50, parmi les réalisatrices hexagonales à suivre.

Avec son troisième long-métrage, Lewkowicz réitère sa fascination pour les comédiennes populaires (Valérie Lemercier). Mais cette fois, Forte est surtout l’occasion de célébrer les femmes humoristes : Alison Wheeler bien-sûr (Going to Brazil [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Loue-moi, Gaston Lagaffe
 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) et tout particulièrement Melha Bedia qui, après avoir fait quelques apparitions au cinéma (Pattaya [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Hibou [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Bad Buzz
 [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
), obtient ici son premier grand rôle. Bedia a elle-même participé à l’écriture du scénario, aux côtés de Frédéric Hazan. Les dialogues retravaillés par Katia Lewkowicz et Anthony Marciano (le réalisateur de Play [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) font mouche et constituent l’un des premiers attraits de Forte.

Dans la peau d’une jeune femme ronde, comptable de profession, anti-féminine par excellence et passionnée de football, Melha Bedia retrouve ici des thèmes qu’elle a maintes fois parcourus dans ses spectacles d’humour : les pressions sociales liées à l’apparence physique, le surpoids, la séduction, autant de terrains de jeu dans lesquels elle évolue avec aisance. Lassée par son interminable célibat, Nour prend les devants. Elle décide de se réapproprier son corps et d’arrêter de s’infliger les normes qu’on lui impose. Plus déterminée que jamais, elle s’inscrit à des cours de pole dance dispensés par une certaine Sissi (Valérie Lemercier) qui, à l’opposé, est une incarnation exacerbée de la féminité, avec sa chevelure de princesse et ses ongles interminablement longs.

Drôle et rondement menée, cette valse d’archétypes poussés à leurs extrêmes manque parfois de subtilité. Le message véhiculé – revendiquer sa propre version de la féminité plutôt qu’une féminité de masse imposée par le carcan social – risque de tomber à plat. Mais le film est constamment relancé par sa belle énergie : avec sa galerie de personnages réussie, Forte brosse un portrait générationnel de trentenaires paumés aussi cocasse que rassembleur. À force d’user la corde de l’autodérision (avec brio), Melha Bedia touche le spectateur, et participe grandement à élever cette comédie française au-dessus de la moyenne.

Produit par Quad et TF1 Studio et coproduit par France 2 Cinéma, La Compagnie Cinématographique et les Belges de Panache Productions, Forte est vendu à l'étranger par TF1 Studio.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy