email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDUSTRIE / MARCHÉ Suisse

La Suisse réserve 280 millions de francs pour la culture

par 

- Lors d'une conférence de presse tenue le 20 mars, le Conseil fédéral a annoncé les mesures prises pour le soutien du secteur de la culture, dont certaines s'appliquent spécifiquement au cinéma

La Suisse réserve 280 millions de francs pour la culture

Les professionnels de la culture attendaient avec anxiété les décisions du Conseil fédéral, conscients d’être, dans ce moment historique de crise due à la pandémie du Coronavirus, dans une situation de fragilité et de précarité extrêmes. "La culture ne sera pas oubliée", a affirmé le Conseil fédéral pour rassurer un secteur qui craint pour son avenir, après l’annulation de nombreuses manifestations artistiques et culturelles, y compris cinématographiques. Une première vague d'aides estimée à 280 millions de francs suisses ont été mises à la disposition du secteur de la culture pour les deux prochains mois : cinéma, arts du spectacle, design, arts visuels, littérature, musique et musées. La situation sera réévaluée à la fin de cette période.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Les mesures générales, qui peuvent être appliquées à de nombreuses productions cinématographiques, comprennent une extension du chômage partiel pour les CDD et les salariés, avec des procédures de demande facilitées. Cette mesure s’adresse aux personnes qui ont vu leur temps de de travail réduit à cause de l’annulation ou du report de productions en cours ou futures. Sont éligibles non seulement les salariés en CDI mais également les salariés en CDD et les employeurs eux-mêmes (somme forfaitaire de 3320 francs pour un temps plein, indemnisé à 100 %). Les indépendants peuvent de leur côté accéder à des indemnités de perte de gain calculées sur la base des acomptes AVS (Assurance-vieillesse et survivants). Les indemnités journalières sont plafonnées à 196 francs par jour, un chiffre considéré très bas par l’association AROPA (Association romande de la production audiovisuelle). Beaucoup d’indépendants du secteur de l’audio et de la vidéo ont des emplois salariés en parallèle à leurs activités artistiques, mais ils n’auront pas le droit de cumuler les indemnités.

Dans le cas où les entreprises rencontreraient des difficultés financières pour payer les salariés et les factures, la confédération a également débloqué un fonds de 20 milliards pour permettre des prêts à taux d’intérêt réduit (zéro jusqu’à 500 000 francs et 0,5% entre 500 000 et 20 millions de francs) et les avances de liquidités. Les prêts sont soumis à une brève analyse de la situation financière de la société et plafonnés à 10 % du chiffre d’affaires. La confédération a en outre bloqué les procédures pénales et suspendu un certain nombre de taxes et autres impôts (notamment la TVA) pour que les liquidités des entreprises soient moins affectées.

Parmi les aides spécifiques à la culture, la Confédération a confié à Suisseculture Sociale la mission d’attribuer les aides d'urgence aux artistes et aux acteurs/actrices culturels en difficulté. Des prêts complémentaires sont prévus pour les entreprises du secteur de la culture jusqu’à 30 % de leur chiffre d’affaires. Parmi les mesures prévues, les préjudices financiers subis à cause de l’annulation d’un festival ou de l’arrêt d’une production, par exemple, seront indemnisés jusqu’à 80 % du préjudice. Chaque canton décidera de l'application de ces aides. L’OFC (Office fédéral de la culture), la SSR et les fondations régionales (Cinéforom, ZFS, etc.) se sont en outre accordés pour un financement complémentaire des projets modifiés à cause de la pandémie. La SSA et Suissimage cherchent des solutions complémentaires pour débloquer des fonds qui puissent couvrir toutes les pertes non couvertes par les mesures déjà mises en place.

Pour ce qui concerne les salles de cinéma, Edna Epelbaum, présidente de l’Association suisses des cinémas (ASC), affirme que les pertes peuvent être estimées à 60 millions pour la période allant de mars à la fin mai. Les distributeurs et les exploitants proposent la mise à disposition des films en ligne. Le distributeur indépendant Outside the Box (Lausanne) continue de lancer ses films tous les mercredis en version VàD pour la somme de 10 francs l’entrée (50 % pour le distributeur et 50 % pour la salle de cinéma choisie par l’acheteur du billet). Pour l’avenir, des sorties mixtes sont envisagées : dans les salles et en vidéo à la demande.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy