email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

DOCSBARCELONA 2020

Critique : ¿Puedes oírme?

par 

- Pedro Ballesteros dresse le portrait l’artiste Jaume Plensa à travers son oeuvre, semée dans le monde entier, laissant entrevoir dans ses mots et ses belles images sa personnalité magnétique

Critique : ¿Puedes oírme?

"On ne décide pas d’être artiste : c’est quelque chose d’inévitable", assure Jaume Plensa lors d'un des nombreux passages émouvants de ce portrait sur son travail, sa personnalité et ce qui l'inspire qu'est le documentaire ¿Puedes oírme? [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, réalisé par Pedro Ballesteros (un réalisateur expérimenté qui a surtout travaillé pour la télévision), un titre qui fait sa première mondiale ce 21 mai dans le cadre du 23e Festival international du cinéma documentaire de Barcelone, organisé cette année du 19 au 31 mai sur le service de streaming Filmin.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le film, d'une durée de 75 minutes, s'articule autour de concepts - Sphères, Mots, Foyer, Mémoire, Silence ou Temps – qui sont des éléments récurrents profondément liés non seulement à l’œuvre de cet artiste catalan de renom international, mais aussi à ses principes et pensées les plus profondément ancrés. À travers la gestation d’une installation pour le hall d’un gratte-ciel à New York, l'élaboration d’une rétrospective au MACBA de Barcelone, l'inauguration d’une exposition à Stockholm ou la culmination d’autres projets à différents endroits en France, à Madrid ou au Japon, Ballesteros a accompagné et suivi de près Plensa, pour élucider les aspects poétiques et symbolistes de ses célèbres sculptures massives, tandis que l'artiste énonce en voix off les motivations derrière ces travaux.

La biographie même de Plensa ne se voit dédier que quelques petites minutes (à travers une poignée seulement de photographies en noir et blanc) ; le réalisateur a préféré, pour compléter cette belle radiographie, céder le micro à des consultants en art et des directeurs de musées et galeries de grand prestige, pour qu'ils donnent leur avis sur la signification du legs de Plensa et sa sensibilité particulière. Ce kaléidoscope, avec des scènes d’une beauté fascinante captée par le regard élégant de Pol Orpinell, pénètre également l'atelier de l'artiste à Barcelone, où on voit celui-ci diriger son équipe de collaborateurs et où on peut apprécier la complexité de sa technique, toujours en harmonie avec la nature et, surtout, avec ses pensées.

De cette manière, comme s’il s’agissait d’un voyage à travers l’œuvre de Plensa, disséminée partout dans le monde (certains lieux sont certainement d’une beauté étourdissante), le film compose le profil (toujours aimable, comme le personnage lui-même l'est) d'un homme en syntonie avec l’univers, qui aime ses œuvres comme si c’était des créatures vivantes (pour lui, elles sont comme ses enfants), invite à une réflexion poétique dans les espaces publics et puise même dans sa cinéphilie – quand, en se souvenant de la coproduction hispano-argentine Dans ses yeux [+lire aussi :
bande-annonce
making of
Interview Juan José Campanella [IT]
Interview Ricardo Darín [IT]
Interview Soledad Villemin [IT]
fiche film
]
de Juan José Campanella,, qui l'a profondément marqué, il finit par confesser qu’"un créateur ne peut pas se permettre d’avoir des distractions".

¿Puedes oírme?, scénarisé par Pedro Ballesteros et Aurora Sulli (également chargée du montage), a été produit par Mallerich Films Paco Poch en coproduction avec Plensa Studio Barcelona, Galerie Lelong NY, Gray Gallery Chicago-NY et Galerie Lelong & Co. Paris.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy