email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2020

Cannes dévoile une très belle Sélection Officielle in absentia

par 

- Parmi les 56 longs qui voyageront sous le Label Cannes 73 brillent des films signés Wes Anderson, François Ozon, Maïwenn, Thomas Vinterberg, Im Sang-soo, Naomi Kawase et Steve McQueen

Cannes dévoile une très belle Sélection Officielle in absentia
The French Dispatch de Wes Anderson

"L’annulation n’a jamais été une option". Le monde entier connaît le Festival de Cannes et toute la galaxie de l’industrie cinématographique mondiale sait l’opiniâtreté incandescente de Thierry Frémaux, l’incontournable délégué général de l’événement annuel majeur du 7e art. Nul n’a donc été surpris de le voir entrer en résistance quand la crise sanitaire et les décisions des pouvoirs publics ont définitivement enterré l’espoir d’un déroulement cette année sur la Croisette du 73e Festival de Cannes (initialement prévu du 12 au 23 mai, puis un temps envisagé fin juin – début juillet) : il y aurait malgré tout une Sélection Officielle 2020 dont l’aura aiderait les films dans leurs carrières et les salles (durement éprouvées par la tempête de la pandémie) à se relancer.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Ayant balayé l’éventualité d’une manifestation en ligne (en vertu de la défense de la primauté du grand écran en matière de grand cinéma) et mené sa barque sans dévier sur l’échiquier toujours concurrentiel (en dépit du contexte global dramatique) des grands festivals internationaux (Venise ayant décidé il y a deux semaines de n’accepter aucun film cannois à l’inverse de San Sebastian et de Toronto), Thierry Frémaux a donc mené à bon port son opération cinéphilique et stratégique en dévoilant aujourd’hui à Paris (flanqué du président Pierre Lescure qui vient d’être reconduit pour un 3e mandat) une liste de 56 longs métrages composant une Sélection Officielle exceptionnellement sans distinction de sous-programmes (compétition, hors compétition, Un Certain Regard, séances spéciales).

La puissance d’attraction cannoise reste incontestable par-delà les circonstances inédites puisque le festival a reçu un nombre record de candidatures (2067 longs métrages) et que plusieurs cinéastes habitués au plus haut niveau sur la Croisette sont de nouveau présents en tête d’affiche, en particulier l’Américain Wes Anderson (qui avait ouvert en compétition le Festival de Cannes 2012), le Français François Ozon (trois participations à la compétition cannoise), sa compatriote Maïwenn (Prix du Jury en 2011 et prix d’interprétation féminine en 2015), le Danois Thomas Vinterberg (prix du Jury en 1998 et prix d’interprétation masculine en 2012), le Sud-Coréen Im Sang-soo (en compétition en 2010 et 2012) et la Japonaise Naomi Kawase (cinq participations à la compétition cannoise et un Grand Prix en 2007).

On peut également mentionner notamment l’Anglais oscarisé Steve McQueen (avec deux films réalisés pour la BBC), le Belge Lucas Belvaux (en compétition en 2006), le Japonais Kôji Fukada, la Libanaise Danielle Arbid, l’Espagnol Fernando Trueba, les Français Emmanuel Mouret et Elie Wajeman, le Suédois Magnus von Horn, le Bulgare Kamen Kalev, l’Anglais Francis Lee ou encore le film d’animation américain Soul de Pete Docter.

Si l’on fait abstraction des films de Paul Verhoeven, Leos Carax, Bruno Dumont, Kirill Srebrennikov et Nadav Lapid qui ont choisi d’attendre 2021, ou encore du nouvel opus de Nanni Moretti qui devrait jouer la carte du soutien national à la Mostra de Venise, cette Sélection Officielle 2020 d’un Festival de Cannes sans festival ratisse un grand nombre des titres les plus attendus de ce printemps, ce qui représente un véritable tour de force in absentia dans l’enchaînement dévastateur (et potentiellement très décourageant) de la crise sanitaire qui conforte Cannes, même sans édition physique, dans son statut de n°1 des événements cinématographiques mondiaux.

Au-delà de ces têtes d’affiche, cette Sélection Officielle inédite a ouvert la porte à un renouvellement très net puisque 28,5% des titres ont été réalisés par des femmes et que 15 premiers longs métrages sont en vitrine (sur une vague de 909 films postulants). Autant d’oeuvres qui tireront au mieux profit du cachet cannois tout comme les 21 longs métrages français retenus (une proportion inhabituellement élevée) dont le marketing pourra s’appuyer sur ce sceau afin de se distinguer auprès des acheteurs et lors de leur exploitation ultérieure. Car il ne faut pas l’oublier, si le Festival de Cannes a choisi de rester très ferme et de ne pas franchir la frontière séparant le grand écran et le monde virtuel, son Marché du Film se déroulera en revanche online du 22 au 26 juin (lire la news).

Les films de Cannes 2020 :

Fidèles (ou déjà venus au moins une fois en Sélection Officielle)

The French Dispatch [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Wes Anderson (Royaume-Uni/France/Allemagne)
Été 85 [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- François Ozon (France)
True Mothers - Naomi Kawase (Japon)
Lovers Rock - Steve McQueen (Royaume-Uni)
Mangrove - Steve McQueen (Royaume-Uni)
Another Round [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
 - Thomas Vinterberg (Danemark/Suède/Pays-Bas)
ADN - Maïwenn (France)
Last Words [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Jonathan Nossiter (Italie/France)
Heaven: To The Land Of Happiness - Im Sang-soo (Corée du Sud)
El olvido que seremos - Fernando Trueba (Colombie)
Peninsula - Yeon Sang-ho (Corée du Sud)
Au crépuscule - Sharunas Bartas (Lituanie/France/République Tchèque/Serbie/Portugal/Lettonie)
Des hommes - Lucas Belvaux (France/Belgique)
The Real Thing - Koji Fukada (Japon)

Nouveaux venus

Passion simple - Danielle Arbid (France/Belgique)
A Good Man - Marie-Castille Mention Schaar (France)
Les choses qu’on dit, les choses qu’on fait [+lire aussi :
critique
fiche film
]
- Emmanuel Mouret (France)
Souad - Ayten Amin (Egypte/Tunisie)
Limbo - Ben Sharrock (Royaume-Uni)
Rouge - Farid Bentoumi (France/Belgique)
Sweat [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Magnus von Horn
fiche film
]
- Magnus von Horn (Pologne/Suède)
Teddy - Ludovic et Zoran Boukherma (France)
Février - Kamen Kalev (Bulgarie)
Ammonite - Francis Lee (Royaume-Uni)
Un médecin de nuit - Elie Wajeman (France)
Enfant terrible [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Oskar Roehler (Allemagne)
Nadia, Butterfly - Pascal Plante (Canada)
Here We Are - Nir Bergman (Israël/Italie)

Film à sketches

Septet: The Story Of Hong Kong - Ann Hui, Johnnie To, Tsui Hark, Sammo Hung, Yuen Woo-Ping, Patrick Tam (Hong Kong)

Premiers films

Falling - Viggo Mortensen (Canada/Royaume-Uni/Danemark)
Pleasure - Ninja Thyberg (Suède/Pays-Bas/France)
Slalom [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Charlène Favier
fiche film
]
- Charlène Favier (France)
Casa de Antiguidades [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- João Paulo Miranda Maria (Brésil/France)
Fausse note - Jimmy Keyrouz (Liban)
Ibrahim - Samir Guesmi (France)
Au commencement - Déa Kulumbegashvili (Géorgie)
Gagarine [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
- Fanny Liatard, Jérémy Trouilh (France)
Seize printemps [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Suzanne Lindon (France)
Vaurien - Peter Dourountzis (France)
Garçon chiffon - Nicolas Maury (France)
Si le vent tombe - Nora Martirosyan (Arménie/France/Belgique)
John and the Hole - Pascual Sisto (Etats-Unis)
Courir au gré du vent - Wei Shujun (Chine)
La mort du cinéma et de mon père aussi [+lire aussi :
critique
fiche film
]
- Dani Rosenberg (Israël/France)

Documentaires

En route pour le milliard - Dieudo Hamadi (République Démocratique du Congo/Belgique/France)
The Truffle Hunters - Michael Dweck, Gregory Kershaw (Italie/Etats-Unis/Grèce)
9 jours à Raqqa - Xavier de Lauzanne (France)

Comédies

Antoinette dans les Cévennes [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
- Caroline Vignal (France)
Les deux Alfred - Bruno Podalydès (France)
Un triomphe - Emmanuel Courcol (France)
Le Discours - Laurent Tirard (France)
L'Origine du monde - Laurent Lafitte (France)

Films d'animation

Earwig and the Witch - Goro Miyazaki (Japon)
Flee - Jonas Poher Rasmussen (Danemark/France/Suède/Norvège)
Josep [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Aurel
fiche film
]
- Aurel (France, Espagne)
Soul - Pete Docter, Kemp Powers (Etats-Unis)

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy