email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

CANNES 2020 Semaine de la Critique / Prix

Sphynx remporte le Prix Next Step de la Semaine de la Critique

par 

- Le projet de la Française Camille Degeye, piloté par Société Acéphale, remporte le Prix Next Step décerné par la Semaine de la Critique du Festival de Cannes

Sphynx remporte le Prix Next Step de la Semaine de la Critique
La réalisatrice Camille Degeye (© Aurélie Lamachère/Next Step Semaine de la Critique)

Depuis 2014, la Semaine de la Critique du Festival de Cannes (qui a dévoilé hier sa sélection labellisée – lire l’article) accompagne ses talents du court au long métrage à travers son programme Next Step. À l’atelier offert aux lauréats (lire la news sur la dernière promotion) s’ajoute depuis 2019 une compétition distinguant l’un d’entre eux. Cette année, c’est le projet français Sphynx de Camille Degeye qui a été sacré par un jury composé de Michèle Halberstadt (ARP Sélection), Mathieu Robinet (ex BAC Films et bientôt de retour avec une nouvelle structure) et Bérénice Vincent (Totem Films).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Réalisatrice autodidacte, Camille Degeye compte à son actif le court métrage Journey Through a Body. Dans Sphynx, son projet de premier long, dont elle a écrit le scénario avec le journaliste Luc Chessel, elle explore une jeunesse qui échappe à la norme, faisant fi des limitations sexuelles, sociales et ethniques. L’intrigue est centrée sur Eden, jeune interne en médecine qui est exclue du service de neurochirurgie où elle travaille. Elle devient alors "médic" dans une boîte de nuit parisienne à la mode. Commence pour Eden un parcours initiatique dans le monde de la nuit, immersion progressive et bordée de gouffres, bientôt bouleversée par la rencontre de Nidhal, énigmatique figure des cabarets de drag-queens parisiens. S’engage entre Nidhal et Eden une histoire d’amour passionnelle au rythme des nuits parisiennes et d’amitiés nouvelles et politiques dans un monde queer et underground… La production est assurée par Lorenzo Bianchi et Anthony Lapia pour Société Acéphale.

En six éditions, l’atelier Next Step a accompagné 55 réalisateurs de 29 nationalités différentes dans leur passage du court au long métrage. L’an dernier, cinq films développés à l’atelier ont fait leurs premières à Cannes, Venise et Locarno, et Memory House du Brésilien Joao Paulo Miranda (coproduit par la société parisienne Maneki Films) vient d’obtenir le label Sélection Officielle Cannes 73 (news). En post-production se distinguent Whether The Weather Is Fine du Philippin Carlo Francisco Manatad (coproduit par House on Fire) et Rio Doce du Brésilien Fellipe Fernandes (ancien assistant de Kleber Mendonça Filho; coproduit par Le Bureau) et cinq films vont entrer en tournage d’ici 2021 : The Woodcutter Story du Finlandais Mikko Myllylahti, le western algérien Requiem pour un fou de Elias Belkeddar (produit par la société française Iconoclast Films), Alma Viva de la franco-portugaise Cristele Alves Meira (produit par Fluxus Films et O Som e a Fúria), Un amour d’Alienor de la Française Charline Bourgeois-Tacquet (produit par Les Films Pelléas avec Arte France Cinéma et qui sera interprété par Anaïs Demoustier et Valeria Bruni Tedeschi) et Los Colonos (The Settlers) de Felipe Gálvez (qui associe les Chiliens de Don Quijote Films, les Argentins de Rei Cinema, les Français de Ciné-Sud Promotion et les Danois de Snowglobe, avec mk2 Films comme vendeur international).

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy