email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

NIFFF 2020

Le NIFFF 2020 sera numérique

par 

- Conscient de la situation pour le moins critique que vit le secteur du cinéma, le festival de Neuchâtel a décidé de proposer une édition exceptionnelle 100% en ligne

Le NIFFF 2020 sera numérique
Breaking Surface de Joachim Hedén

"Le cinéma fantastique est comme un miroir de nos angoisses et de nos fantasmes", affirme la directrice du Festival international du film fantastique de Neuchâtel (NIFFF), Anaïs Emery, une phrase qui cadre bien avec la crise sanitaire qui a mis la planète en stand-by. Les questions liées aux pandémie et aux états de confinement volontaires ou imposés alimente en effet depuis toujours le cinéma fantastique, sorte de plate-forme où expérimenter des réalités multiples, souvent angoissantes mais toujours intrigantes, qui nous ouvrent les portes faire d’autres mondes.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Le NIFFF, rendez-vous immanquable pour les amateurs de cinéma de genre, mais aussi pour les curieux en quête d’émotions fortes, a décidé de ne pas se rendre et proposera une 20e édition différente, mais toujours incroyablement intrigante. Du 3 au 11 avril, Neuchâtel va accueillir virtuellement le meilleur du cinéma fantastique à travers une sélection éclectique composée de premières suisses et internationales, en collaboration avec la plateforme suisse VoD Cinefile. Pour cette nouvelle édition, Neuchâtel va proposer au public une vingtaine de titres inédits (on parle normalement de 170 films) qui pourront être visionnés contre paiement, avec un maximum de 1000 spectateurs par séance et exclusivement sur le territoire helvétique. À travers cette sélection, certes restreinte, mais malgré tout étonnante, le NIFFF compte explorer les contours de la production liée au cinéma de genre en dépit du fait que le secteur a été durement touché par la crise sanitaire.

Comme le souligne le communiqué de presse, "la sélection 2020 n'a pas la prétention de synthétiser l’offre habituelle de Neuchâtel ; elle se pose plutôt comme un témoignage de la vivacité de l’imaginaire contemporain et du désir irréductible de l’équipe de soutenir sa diffusion". Cette année encore, les productions européennes seront nombreuses. Parmi celles-ci, on peut citer : le moyen métrage français Blood Machines de Seth Ickerman (pseudonyme de Raphaël Hernandez et Savitri Joly-Gonfard), hommage à la culture visuelle et sonore des années 1980, la première internationale du huis clos sous-marin Breaking Surface [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Joachim Hedén
fiche film
]
de Joachim Hedén (Norvège/Suède/Belgique), la satire psychologique Comrade Draculich [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Márk Bodzsár
fiche film
]
du Hongrois Màrk Bodzsàr, le résolument poétique Jumbo [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Zoé Wittock
fiche film
]
de Zoé Wittock (France/Belgique/Luxembourg), avec la présence magnétique de Noémie Merlant dans le rôle principal, la comédie romantique et apocalyptique Poissonsexe [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
d'Olivier Babinet (France/Belgique) en première internationale, le thriller inquiétant Sea Fever [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Neasa Hardiman (Irlande/Royaume-Uni/Belgique) et le film allemand Sleep [+lire aussi :
critique
bande-annonce
fiche film
]
de Michael Venus, dans lequel la frontière entre rêve et réalité semble ne pas exister.

Tous les jours, à 21h, le public aura l’opportunité de se connecter à la NIFFF TV, qui s’animera grâce aux nombreux hôtes et à la présence constante de l’actrice Audrey Cavelius. Cette TV éphémère permettra aux amateurs de cinéma fantastique et aux professionnels du secteur du cinéma de réfléchir et discuter du programme, mais aussi de faire le point sur les dernières tendances à travers des débats, des interviews et des chroniques quotidiennes. La NIFFF TV sera enfin le QG qui permettra la rencontre virtuelle entre le public et des grandes figures du cinéma de genre grâce a une série de débats. Parmi les invités : Nicolas Winding Refn, Luca Guadagnino, Eli Roth, Gareth Evans et Alex de la Iglesia.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy