email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Suisse

Critique : Sous la peau

par 

- Ce film du Suisse Robin Harsch nous ouvre les portes d’un monde, celui de trois jeunes en transition, qui mérite d’être mis en avant

Critique : Sous la peau

Un an après son premier long-métrage, Biceps, Robin Harsch retourne derrière la caméra pour filmer trois jeunes trans en pleine transition. Le résultat est Sous la peau, sélectionné au festival FIFDH de Genève, au FIPADOC de Biarritz et à DOK Leipzig, depuis hier dans les salles suisses avec Aardvark Film Emporium, un film puissant et nécessaire qui donne voix (et corps) à des gens trop souvent relégués dans l’ombre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Robin Harsch, connu pour ses performances d’acteur (on pense notamment à sa participation emblématique au film Un autre homme [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Lionel Baier
fiche film
]
de Lionel Baier), Robin se positionne de nouveau dans le rôle de réalisateur pour filmer un monde qu’il admet ne pas connaître : celui des personnes transsexuelles. Malgré une réticence initiale compréhensible, Harsch réussit à se faire accepter par l’association genevoise Le Refuge, qui accueille, suit, écoute et conseille avec bienveillance et empathie les personnes transsexuelles et leurs familles. Pendant deux ans, le jeune réalisateur suisse suit trois jeunes, Soän, Effie Alexandra et Logan, sur le chemin de la transition, vers la conquête d’une identité qui est la leur malgré un corps qu'ils perçoivent depuis leur naissance comme celui d'un autre. Sous la peau aborde avec courage et sensibilité les questions de genre en permettant aux personnes directement intéressées d’exprimer leur vérité, la puissance et le courage d’être eux-mêmes malgré le poids opprimant d’une société hétéronormée qui se reflète exclusivement dans une stérile optique binaire. Dans Sous la peau, Robin traite de manière frontale et profondément intime le thème encore trop peu évoqué de l’identité transsexuelle et du fait d’être au-delà des catégories binaires. Sous la peau documente avec respect et poésie le voyage de trois êtres vers l’inconnu pour se retrouver eux-mêmes, une transition nécessaire pour conquérir une identité qui a toujours été la leur.

“Le film a été conçu de manière à ce que n’importe qui puisse se mettre dans la peau de celui qui rencontre Logan, Söan et Effie Alexandra. J’ai mis de côté toute mon éducation et ma culture binaire, aidé par l’authenticité de ces jeunes et de leurs parents, affirme avec une indéniable candeur et beaucoup de sincérité Robin Harsch, comme s’il voulait souligner que le film a représenté, aussi et surtout, pour lui, une manière d’affronter et déconstruire son univers et ses idées préconçues (souvent inconscientes), ancrées dans un quotidien fondé sur une conception "illusoire et grotesque" de la féminité, et sur une idée de la "masculinité" qui n'est qu'une construction sociale.

Grâce à Sous la peau, on se rend compte de la beauté de la multiplicité, de la force et de la splendeur de la différence revendiquée comme une valeur et non plus comme un défaut. La détermination et le courage de Logan, Söan et Effie Alexandra nous pousse à croire possible et espérer une société où on peut exprimer toutes les nuances de l’humanité et en jouir sans idées pré-établies stériles et dangereuses. Dans son nouveau film, Harsch rompt le mythe dangereux et réducteur de la transsexualité vue comme un acte mécanique de changement de sexe. Le voyage entrepris par les trois personnages de Sous la peau est évidemment plus profond et complexe, car c'est une manière de se réunir avec une identité qui a toujours été la leur, une manière de s’imposer à la société pour ce qu’ils sont vraiment, malgré les préjugés et la violence des regards qui transforment la peur en violence. Sous la peau est un film nécessaire, à la fois puissant et intime, qui nous fait espérer un monde meilleur illuminé par les couleurs de l’arc-en-ciel, un monde de possibilités infinies où on peut exprimer fièrement son identité. Comme le dit Ru Paul, "nous sommes nés nus, le reste est drag".

Sous la peau a été produit par Alva Film Production et RTS Radio Télévision Suisse. Alva Film Production s’occupe aussi des ventes internationales du film.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'italien)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy