email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SARAJEVO 2020 Compétition Documentaires

Critique : Her Mothers

par 

- Ce documentaire d'Asia Dér et Sári Haragonics, qui trace un portrait cru d’un couple lesbien qui adopte un enfant dans la Hongrie homophobe d’Orbán, a fait sa première européenne à Sarajevo

Le deuxième film documentaire d'Asia Dér et premier de Sári Haragonics, Her Mothers [+lire aussi :
bande-annonce
interview : Asia Dér et Sári Haragonics
fiche film
]
, qui a fait sa première mondiale à Hot Docs et concourt actuellement à Sarajevo, suit un couple lesbien qui se bat pour adopter une enfant dans la Hongrie d'Orbán. Le film, qui se concentre davantage sur la relation entre ces femmes et la façon dont elles abordent cette nouvelle adjonction à leur famille que sur les complications causées par la société du pays de plus en plus autoritaire et homophobe, montre néanmoins de manière plutôt directe comment la vie privée ne peut pas être insulaire et coupée de son environnement.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
series serie

Lorsqu'on rencontre Virág, anciennement politicienne écologiste et membre du Parlement, et Nóra, bassiste dans un groupe de drum&bass dans la lignée de Kosheen, leur fillette est déjà sur le point d'arriver et elles préparent un album photo pour lui raconter leur histoire. À travers des séquences situées plus tôt dans le passé, on apprend qu'il leur a fallu deux ans pour adopter Melissa, une petite Rom de deux ans. En Hongrie, les couples homosexuels ne sont pas autorisés à adopter mais les parents célibataires oui, et elles ont utilisé cette faille qu'Orbán avait juré de combler.

Les déclarations xénophobes et homophobes des responsables gouvernementaux rythment le récit dans la conception sonore du film, à travers la radio ou les médias en ligne, et les réalisatrices les ont utilisées afin de nous amener à une pleine compréhension de l'atmosphère oppressante dans laquelle Virág et Nóra vivent. Dans leur maison de style village, visiblement située en dehors d'un centre urbain, elles ont de plus en plus peur qu'un "nazi cinglé" apprenne où elles habitent et vienne, par exemple, tuer leurs trois chiens. Dans ces circonstances, elles prévoient d'aller vivre à l'étranger.

Cela dit, le cœur du film réside dans la façon dont le couple s'adapte à leur nouvelle situation familiale. Quand la petite fille arrive, au tout début, c'est compliqué pour tout le monde, et elle met du temps à s'acclimater à sa nouvelle maison. Certaines des scènes du début sont absolument dévastatrices, les deux femmes ne sachant pas quoi faire de cette enfant qui hurle et qui tape. Cependant, à mesure que Melissa s'acclimate, on se rend compte que Virág se sent bien dans son rôle de mère, alors que Nóra a du mal à prendre la cadence. "C'est une des particularités de la parentalité lesbienne", dit-elle. N’étant ni mère ni père, elle est frustrée mais elle persévère, et le lien entre les deux femmes semble suffisamment fort pour résister à ces difficultés.

Her Mothers n'est pas non plus un parcours facile pour le spectateur. L'approche intime choisie signifie aussi que le film est très brut, avec des plans souvent désordonnés qui reflètent la situation chaotique de ce foyer, et un montage qui suit l'agitation du récit comme des émotions. Dans toute cette discordance, il y a néanmoins des fragments fugaces de lumière et de bonheur véritable : une sortie au lac en été, un moment passé à jouer avec la petite fille dans la neige ou encore les concerts et répétitions de Nóra (sa musique est assez excellente, il faut le dire), qui sont les moments où elle fait ce qu'elle aime et peut évacuer un peu la pression.

Quoique le film soit par moments très direct, comme quand Nóra est affreusement contrariée du fait que Melissa ne la laisse pas la mettre au lit le soir et demande Virág à sa place, sa grande force est la façon dont Dér et Haragonics utilisent les gros plans sur les visages des femmes dans les moments-clés, sans nul doute avec l'aide de la monteuse Flóra Erdélyi. Quand ceux-ci sont particulièrement réussis, tout spectateur peut s'identifier à l'une ou l'autre de ces deux mères, indépendamment de son expérience.

Her Mothers est une coproduction entre Campfilm (Hongrie) et HBO Europe. La société torontoise Syndicado détient les droits à l'international. 

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais par Chloé Matz)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy