email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

SAN SEBASTIAN 2020 New Directors

Critique : Ane

par 

- David Pérez Sañudo montre dans son premier long-métrage qu’il allie maîtrise, sensibilité et profondeur

Critique : Ane
Patricia López Arnaiz dans Ane

Une section comme New Directors, au sein du Festival internacional du film de San Sebastian, se destine à la découverte de nouveaux noms du cinéma à garder à l’œil ces prochaines années. Cette entreprise réserve généralement des surprises formidables, et cette année, l’une d’elles s’appelle Ane [+lire aussi :
bande-annonce
interview : David Pérez Sañudo
fiche film
]
. Il s’agit du premier long-métrage du réalisateur originaire de Bilbao David Gomez Sañudo, jusque-là auteur encensé et primé de plusieurs courts-métrages. Le réalisateur a été formé à l'ESCAC et à l’Université Carlos Carlos III de Madrid ; il a participé à la deuxième édition du programme La incubadora de l'ECAM.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)
LIM Internal

Ane, d’une maturité narrative étonnante, est une proposition cinématographique qui évolue entre plusieurs genres pour traite de sujets sociaux, psychologiques et profondément intimes. Le film suit les pas d’une jeune mère, Lide (interprétée par Patricia Lopez Arnáiz de Lettre à Franco [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Alejandro Amenabar
fiche film
]
), qui a une vie au-delà de son travail comme agent de sécurité sur des travaux d'ingénierie qui inquiètent une partie de la population locale. Et puis soudain, un jour, au réveil, elle se rend compte que sa fille (dont le prénom sert de titre au film) n’est pas à la maison et n’a pas dormi dans son lit.

À partir de ce moment, la disparue se transforme en quelque chose de pareil à un fantôme : personne ne la voit, ni les personnages ni le spectateur, et son absence pèse comme une figure spectrale. On ne la connaît que par ce que les autres disent d’elle. L’environnement social raréfié contribue également à exacerber cette sensation d’absence et on perçoit que Lide, qui a demandé de l’aide à son ancien petit ami Fernando (Mikel Losada), le père d’Ane, a peur de cette fille invisible... mais pourquoi ?

Gomez Sañudo, en complicité avec sa scénariste Marina Parés Pulido, va ainsi du récit-mystère au film politique en passant par le drame familial où l'incommunication et les carences affectives ont causé des blessures. Au milieu de tout cela, il y a la quête de quelque chose de plus qu’une fille, peut-être du sens de toute une vie ou de solutions pour combler les gouffres qui les séparent.

Ane a été produit par Amania Films. Les ventes internationales du film sont gérées par Latido Films et son distributeur espagnol est Syldavia Cinema.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'espagnol)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy