email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

INDIECORK 2020

Critique : Sisters Apart

par 

- Le nouveau film de Daphne Charizani suit la quête désespérée d’une jeune femme soldat qui veut retrouver sa soeur, qui se bat avec les Kurdes contre Daech

Critique : Sisters Apart
Christoph Letkowski et Almila Bagriacik dans Sisters Apart

Sisters Apart [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, de Daphne Charizani, a fait partie cette année des titres sélectionnés au Festival IndieCork, un des plus grands événements de l'Île d'émeraude célébrant le cinéma et la musique indépendants. Le film, une coproduction entre l’Allemagne et la Grèce, a fait sa première mondiale dans la section Perspectives sur le cinéma allemand du Festival de Berlin. Il suit le travail de la réalisatrice sur le scénario de L'Audition [+lire aussi :
critique
bande-annonce
interview : Ina Weisse
interview : Ina Weisse
fiche film
]
d'Ina Weisse (2019) et son film dramatique Madrid, qui remonte à 2003.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

L’histoire de Sisters Apart, composée par la réalisatrice, s'articule autour d'un personnage de femme-soldat allemande avec des racines kurdes-irakiennes qui s’appelle Rojda Xani (Almila Bagriacik) et qui vit en Europe depuis son enfance. Le film s'ouvre sur une scène chaotique où on la voit cherchant sa mère, Ferhat (Maryam Boubani), dans un camp de réfugiés grec. Rojda va parvenir à retrouver sa maman, après de nombreuses années séparées l'une de l'autre. Cependant, elle apprend d'elle que sa sœur Dilan (Gonca de Haas) est encore bloquée en Irak. Après avoir pu amener Ferhat en Allemagne, Rojda reçoit un appel inattendu de Dilan, qui se bat contre Daesh avec l’armée kurde. Elle décide alors de demander son redéploiement à Erbil pour la retrouver.

Avant son départ, il est intéressant de remarquer les signes du sentiment de déplacement qu'a la mère en arrivant dans un nouveau pays (et un nouveau foyer), excellemment rendu par l'interprétation de Boubani : la vieille dame se met à poser des questions à Rojda sur sa vie en Europe, puis approche avec hésitation ses lèvres d'une tasse de café, avant de faire observer tristement que bien que la boisson soit préparée de manière similaire au café qu’elle buvait chez elle, "ce n’est pas pareil". La mère semble condamner la réaction initiale de Rojda, et le conflit générationnel et culturel entre elles s'accentue petit à petit, ajoutant une grande profondeur aux personnalités des deux personnages dans un court lapse de temps. À partir du moment où elle est redéployée, l'atitude pleine de confiance en elle de Rojda et son approche de la vie sont remises en question. Elle va vite gagner la confiance des femmes combattantes, se lier d'amitié avec Berivan (Zübeyde Bulut), s'adapter à la dureté du conflit et se retrouver prise entre les deux côtés.

En terme de choix esthétiques, la photographie de Falko Lachmund (Kids Run [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
, Namrud: Troublemaker [+lire aussi :
bande-annonce
fiche film
]
) parvient très bien à dépeindre les environnements froids et urbains de l’Allemagne (peut-être pour amplifier le sentiment de dépaysement de Ferhat), le désert irakien et les paysages arides meurtris par les horreurs de la guerre. En général, le travail visuel est assez immersif et riche en plans subjectifs qui permettent au spectateur de voir ce que voit Rojda, ainsi qu'en plans caméra à l’épaule joliment composés qui la suivent pendant sa quête et ses opérations militaires. À côté de ça, la présence de la musique (composée parn Florian Tessloff) est délicate et bien mesurée et contribue à créer la bonne atmosphère et se fond efficacement avec les bruits sont de l’environnement dépeint.

Dans l’ensemble, l'histoire de Sisters Apart est émouvante, et sa mise en scène est nette et convaincante, bien soutenue par une écriture sophistiquée et bien pensée et un bon développement des personnages. Charizani nous livre ici le portrait mature et crédible de trois femmes troublées, et n’hésite pas à souligner à la fois leurs forces et leurs faiblesses. Elle offre aussi à l'arc narratif de chacune une puissante clôture.

Sisters Apart a été produit par Pallas Film (Allemagne), Match Factory Productions (Allemagne) et View Master Films (Grèce), en coproduction avec ZDF et ERT et en association avec ARTE. Les ventes internationales du film sont gérées par The Match Factory.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy