email print share on Facebook share on Twitter share on reddit pin on Pinterest

FILMS / CRITIQUES Pologne / États-Unis

Critique : Erotica 2022

par 

- Cette anthologie filmique stylée, produite par Netflix, montre la Pologne comme un pays où les hommes détestent les femmes. Mais elles ont de quoi rétorquer

Critique : Erotica 2022
Monika Pikuła et Ignacy Liss dans Erotica 2022 (© Hubert Komerski)

Le film d’anthologie Netflix Erotica 2022, à présent disponible en Pologne, réalisé par cinq réalisatrices et co-écrit avec cinq romancières, pourrait expliquer l’esprit des femmes polonaises et la raison des grandes manifestations survenues dans le pays en octobre et novembre – au-delà de la décision du tribunal constitutionnel de rigidifier la loi anti-avortement, s'entend.

De manière plus ou moins métaphorique, les artistes qui ont créé Erotica 2022 montrent que dans leur pays, les femmes sont traitées comme des objets sexuels, des joujoux et des incubateurs humains et qu'elles n'ont pas leur mot à dire, ou à peine, et que leurs besoins (quels qu'ils soient) sont considérés comme moins importants que ceux des hommes. Et pourtant, chaque chapitre de cette anthologie est divertissant, superbement filmé, titillant pour l'esprit ou juste très amusant. Erotica 2022 est un vrai bon film qui porte bien les signatures de ses réalisatrices et qui est bien plus qu'un chant de protestation visuel.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

Certaines des histoires sont plus réalistes que d’autres, comme The Bear, qui se passe dans un train parmi les montagnes enneigées et se concentre sur la libération de la femme à travers l’évasion (un des thèmes favoris de la réalisatrice Anna Jadowska, qui a co-écrit le scénario de cette histoire avec Grażyna Plebanek), tandis que d'autres adoptent une approche plus anti-utopique ou proche de la science-fiction. If you sit still long enough other animals would come (réalisé par Jagoda Szelc et co-écrit avec Ilona Witkowska) tourne autour d’une femme (Sara Celler-Jezierska) qui constate le désastre climatique et vit la mort de son chien adoré, des activités qu’elle trouve bien plus intéressantes que d'atteindre l'orgasme avec son petit ami de longue date (Sebastian Pawlak). L'incapacité des hommes à obtenir le grand O est généralement imputée à la frigidité de la femme ou sa défectuosité, un reproche qui n'est qu'une autre forme d’oppression des femmes.

Trois des cinq histoires, Disappearance of Mrs. B (réalisée par Anna Kazejak, co-écrite avec la romancière Prix Nobel de littérature Olga Tokarczuk), Hard (réalisée par Kasia Adamik, co-écrite avec Joanna Bator) et Night Shift (réalisée par Olga Chajdas et co-écrite avec Gaja Grzegorzewskal), décrivent des cas d'abus plus directs. Dans le récit de science-fiction d'Adamik, un couple qui élève un enfant bionique tente de passer un test pour en avoir un biologique. La femme (Agnieszka Żulewska) fait tout ce qu’on attend d’elle, mais ses grands rêves d'émancipation nuisent à cet objectif d’avoir un enfant. Le film de Kazejak, de son côté, montre un futur pas trop distant où les forces conservatrices ont triomphé sur le libéralisme et rendu les femmes complètement dépendantes des hommes. Madame B (une Agata Buzek fascinante) doit donner son salaire à son mari, lui servir son dîner, lui offrir son corps et se concentrer sur le projet de tomber enceinte. Elle n’est pas censée avoir ses propres désirs ou poser des questions, tandis que son mari a le droit de mener une double, voire une triple vie. Quand Madame B rencontre un écrivain intellectuellement excitant (Sebastian Stankiewicz), ses sens se réveillent et cela l'amène à une forme tranquille, mais significative, de rebellion. Par contraste, rien n'est calme dans la révolte de la mystérieuse et taciturne héroïne (Małgorzata Bela) de Night Shift, qui revêt une tenue élégante, se place au volant d’une limousine et sillone la ville de nuit pour punir les prédateurs de sexe masculin. Ce dernier chapitre de l’anthologie est extrêmement satisfaisant et montre que c’est le vieux monde qui doit brûler, pas les sorcières qui y ont mis le feu.

Erotica 2022 a été produit par Marta Lewandowska via sa société Friends with Benefits. Il est sur Netflix Pologne depuis le 25 novembre.

(L'article continue plus bas - Inf. publicitaire)

(Traduit de l'anglais)

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter et recevez plus d'articles comme celui-ci, directement dans votre boîte mail.

Privacy Policy